L'économiste juif américain Paul Milgrom partage le prix Nobel d'économie

14 Octobre, 2020, 01:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Le prix Nobel d'économie est attribué aux Américains Paul Milgroms et Robert Wilson le 12 octobre 2020 à Stockholm

Le jury de l'Académie suédoise des sciences a décidé de les récompenser car ils ont "amélioré la théorie des enchères et inventé de nouveaux formats d'enchères " au "bénéfice des vendeurs, des acheteurs et des contribuables du monde entier".

Comment allouer les biens de la meilleure façon pour l'économie? Un apport tant théorique que pratique, a salué le jury, qui souligne que "ces nouveaux formats sont au service de la société dans le monde entier".

" Les ventes aux enchères sont partout et touchent notre vie quotidienne", relève le jury.

"Les ventes aux enchères sont extrêmement importantes". Lors de la conférence de presse peu après l'annonce du prix, il a confié n'avoir jamais participé à une enchère. Oui, soutiennent les économistes américains Paul Milgrom et Robert Wilson.

Assortie d'une récompense de 10 millions de couronnes (environ 970.000 euros), cette distinction, de son intitulé véritable prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, clôt la saison des Nobel.

Paul Milgrom, 72 ans, a formulé une théorie plus générale des enchères, qui montre notamment qu'une enchère génère des prix plus élevés lorsque les acquéreurs obtiennent des informations sur les offres prévues par les autres enchérisseurs au cours de l'enchère. Le comité Nobel basé en Suède ne parvenant pas à le joindre, sans doute à cause du décalage horaire, son co-récipiendaire, Robert Wilson, qui s'avère être également son voisin, a accouru sur son porche pour le réveiller en sonnant à l'interphone, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Paul R. Milgrom et Robert B. Wilson succèdent à la Franco-Américaine Esther Duflo et à son mari Abhijit Banerjee et à l'Américain Michael Kremer récompensés l'an dernier pour leur approche expérimentale de la lutte contre la pauvreté. Un cru très féminin cette année avec quatre lauréates couronnées en sciences et en littérature. L'âge moyen des lauréats dépasse aussi les 65 ans, le plus élevé parmi les six prix décernés. Outre l'Américaine Andrea Ghez, colauréate en physique mardi, deux femmes sont entrées dans l'histoire des Nobel pour leur découverte des "ciseaux génétiques": la Française Emmanuelle Charpentier et l'Américaine Jennifer Doudna sont devenues le premier duo 100% féminin à remporter un Nobel scientifique.

Recommande: