Donald Trump nomme Amy Coney Barrett — Cour suprême

27 Septembre, 2020, 07:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump a choisi une nouvelle juge pour la Cour suprême

Donald Trump a choisi la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des Etats-Unis.

"Elle a gagné l'admiration des femmes à travers et le pays et dans le monde entier", a-t-elle souligné. "Ce soir, j'ai l'honneur de nommer l'une des juristes les plus brillantes et les plus douées du pays à la Cour suprême", a-t-il lancé, soulignant sa "fidélité sans faille" à la Constitution.

"C'est ma troisième nomination " pour la Cour suprême " et c'est un grand moment", a déclaré M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche.

Si cette professeure de droit de 48 ans est effectivement désignée samedi puis confirmée par le Sénat, elle viendra renforcer la majorité conservatrice au sein de cette institution.

Le choix présidentiel devrait être rapidement validé par le Sénat.

À moins de 40 jours de la présidentielle, cette nomination cruciale est déjà controversée, Donald Trump ayant engagé au pas de course le processus pour pouvoir ancrer durablement la Cour suprême dans le conservatisme, ses juges étant nommés à vie. Le locataire de la Maison Blanche a également prédit une confirmation "rapide" de la juge Barrett par le Sénat. Et l'ex-magnat de l'immobilier aura ainsi désigné, fait rare, trois juges suprêmes en un seul mandat.

Son adversaire à la présidentielle, Joe Biden, et tout le camp démocrate sont vent debout, arguant qu'il devrait revenir au vainqueur du 3 novembre de faire un choix si déterminant pour la société américaine, puisque la plus haute juridiction tranche des questions ultrasensibles, comme l'avortement ou le droit de porter des armes.

Mardi soir, le sujet sera à coup sûr au cœur du premier débat télévisé de la campagne entre Joe Biden, favori dans les sondages, et Donald Trump, qui mise en partie sur cette séquence pour refaire son retard.

Amy Coney Barrett est réputée pour ses articles de doctrine juridique dans lesquels elle professe des opinions largement influencées, selon ses détracteurs, par ses valeurs religieuses traditionalistes.

Magistrate à la cour d'appel des Etats-Unis, cette catholique pratiquante, personnellement opposée à l'avortement et mère de sept enfants, apparaît comme un choix stratégique dans l'optique de galvaniser l'électorat religieux conservateur de Donald Trump, à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Une semaine tout juste après son décès, à 87 ans, "RBG " a reçu vendredi ses derniers hommages solennels au Capitole des États-Unis, en présence de Joe Biden et de sa colistière pour la vice-présidence, Kamala Harris.

"Mais les sources républicaines mentionnées dans les médias américains n'excluent pas la possibilité d'un " revirement de dernière minute " du président".

Ruth Bader Ginsburg sera inhumée dans l'intimité la semaine prochaine au cimetière national d'Arlington, près de Washington.

Recommande: