Covid-19 : Santé Publique France tire la sonnette d'alarme

27 Septembre, 2020, 14:24 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le milieu scolaire est désormais le plus touché par les foyers de contamination

Tel est le constat, peu rassurant, dressé hier par Santé Publique France. Une prise de parole qui intervient au surlendemain d'un nouveau tour de vis de la part du gouvernement, qui a notamment ordonné la fermeture des bars et des restaurants à Aix et Marseille, provoquant l'ire des élus locaux (lire page suivante).

La France a vu ses indicateurs épidémiologiques reprendre de plus belle ces deux dernières semaines après une légère accalmie. L'agence note une circulation du virus en plus en plus forte. "Le taux de nouveaux cas a été " multiplié par quatre depuis mi-août " chez les 75 ans et plus, atteignant 55,4 pour 100 000 habitants, et par trois chez les 65-74 ans, à 44,5 pour 100 000, a observé Mme Vaux". "Ce sont des chiffres qui nous inquiètent parce que ça laisse présager qu'on va avoir une poursuite des hospitalisations, des admissions en réanimation et possiblement des décès", dans les semaines à venir, a expliqué Sophie Vaux.

599 personnes ont été hospitalisées dans des services de "réa" en France la semaine du 14 au 20 septembre, soit une hausse de 40%, selon le dernier bilan hebdomadaire de Santé publique France, qui relève plusieurs points "inquiétants" pour les semaines à venir.

Le nombre de cas peut être largement sous-estimé en France, à cause de la saturation des capacités de diagnostics, la hausse des délais d'attente et l'absence de dépistage des asymptomatiques. Cette progression était déjà de 8 % la semaine précédente. Le taux d'incidence en France augmente (+ 7 cas pour 100 000 habitants. par rapport à la semaine passée) alors que le taux de dépistage est en baisse (- 80 tests pour 100 000 habitants).

La semaine dernière, le nombre de décès liés au coronavirus a augmenté de 25% avec 332 morts à l'hôpital ou en maison de retraite (Ehpad). Santé publique France observe aussi que le délai moyen entre l'apparition des symptômes et le prélèvement chez les personnes malades reste stable, à 3 jours. "Conséquence: "le taux de reproduction (" R ") qui évalue le nombre de nouvelles personnes infectées par chaque cas positif, estimé juste au-dessus du seuil de 1, qui marque une expansion de l'épidémie (à 1,06), est lui aussi " probablement sous-estimé ".

C'est le chiffre que les autorités sanitaires surveillent de près.

Recommande: