Azerbaïdjan : combats meurtriers au Karabakh, l’Arménie décrète la mobilisation générale

27 Septembre, 2020, 20:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Combats meurtriers au Karabakh l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre

Les deux anciennes républiques soviétiques s'opposent depuis des décennies au sujet du Haut-Karabakh, région d'Azerbaïdjan peuplée majoritairement d'Arméniens ayant proclamé son indépendance avec l'effondrement de l'URSS en 1991.

Après l'annonce des premiers combats dimanche matin, l'Arménie a décrété la mobilisation générale et l'instauration de " la loi martiale ". " J'exhorte tout le personnel à se présenter aux commissariats militaires ", a déclaré sur Facebook Nikol Pachinian. "Il a appelé sa population à " être prête à défendre la patrie sacrée ". "Soutenons fermement notre État, notre armée (.) et nous allons vaincre", a-t-il écrit dimanche sur Facebook. Longue vie à la glorieuse armée arménienne!

Le Nagorny Karabakh est une région sécessionniste d'Azerbaïdjan, peuplée majoritairement d'Arméniens et soutenue par l'Arménie.

"L'armée azerbaïdjanaise combat aujourd'hui sur son territoire, défend son intégrité territoriale, porte des coups dévastateurs à l'ennemi. Notre cause est juste et nous allons vaincre".

Des civils et des militaires ont été tués dans de violents combats qui ont éclaté dimanche dans la région du Nagorny Karabakh.

L'Arménie accuse les forces azéries d'avoir tiré des obus sur la région, tandis que l'Azerbaïdjan accuse les forces arméniennes de bombarder des positions militaires et civiles azéries.

Ce conflit pourrait entraîner l'intervention des puissances en concurrence dans la région du Caucase, la Russie et la Turquie.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a indiqué pour sa part avoir lancé une "contre-offensive sur toute la ligne de front" du Karabakh, afin de "mettre fin à des activités militaires des forces armées de l'Arménie".

L'Azerbaïdjan a pour sa part affirmé avoir lancé une contre-offensive après une attaque des séparatistes, et fait état d'un seul appareil abattu.

Du côté d'Ankara, un porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan, a lui dénoncé sur twitter "l'attaque de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan", accusant Erevan d'avoir attaqué "des localités civiles".

La Russie a appelé à un cessez le feu immédiat et à des pourparlers entre les belligérants qui se rejettent la responsabilité pour la reprise des hostilités. "Nous appelons les parties à cesser immédiatement le feu et à entamer des négociations afin de stabiliser la situation", a déclaré le ministère des Affaires étrangères russe dans un communiqué, précisant que "des bombardements intenses se produisent le long de la ligne de contact des deux côtés". Le conflit autour du Nagorny Karabakh, qui a fait sécession de l'Azerbaïdjan avec le soutien arménien, nourrit les tensions régionales depuis 30 ans (voir encadré). Des combats opposent régulièrement séparatistes et Azerbaïdjanais, ainsi qu'Erevan et Bakou.

Les deux camps ont l'habitude de se rejeter la responsabilité de ces flambées de violence.

Bakou a profité de ses réserves immenses de pétrole pour dépenser sans compter en matière d'armement. L'Azerbaïdjan peut aussi compter sur le soutien du président turc, qui considère l'Arménie comme une menace pour la stabilité du Caucase.

Le Kremlin, qui se positionne en arbitre dans la région, livre des armes aux deux pays.

Recommande: