"Vivez à fond, tombez malades": l'appel de Nicolas Bedos crée la polémique

24 Septembre, 2020, 18:25 | Auteur: Sue Barrett

"Bon, allez, soyons francs: arrêtez tout". Olivier Véran dénonce des propos "à l'emporte-pièce" et un effet de tribune. S'il fait une exception pour les "parents très fragiles", il précise tout de même que cela doit être une question de choix, rappelant à cette occasion la mort de son père, Guy Bedos, en mai dernier, dans des conditions où ce dernier n'avait pas pu voir ses proches.

Pour M Bedos, il faut tout arrêter: masques, confinements, et vivre à fond, aller aux restaurants, engueuler les flicaillons, et contredire les patrons et "les lâches directives gouvernementales".

Nicolas Bedos a pris la décision de se révolter alors que la crise du coronavirus prend de l'ampleur en France.

Le réalisateur Nicolas Bedos à Rome en 2019. Nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions.

Le comédien conclut: "En ce monde de pisse-froid, de tweets mélodramatiques et de donneurs de leçons, ce texte sera couvert d'affronts mais peu m'importe: mes aînés vous le diront: vivons à fond, embrassons nous, crevons, ayons de la fièvre, toussons, récupérons, la vie est une parenthèse trop courte pour se goûter à reculons".

"Un message jugé " irresponsable " et " criminel " par certains internautes, ou au contraire porteur d'espoir pour d'autres".

Le ministre a également commenté " "Vivre quitte à en mourir", c'est une phrase à l'emporte-pièce qu'on peut lancer sur un blog, sur un compte Instagram. "On ne peut pas imposer aux gens de prendre soin d'eux malgré eux, mais on peut imposer aux gens de prendre soin des autres malgré eux", a ajouté le ministre". [.] Vous n'êtes ni médecin, ni gourou. Vivre oui, et ensemble " a écrit un malade qui commentait la publication.

Dans la nuit du 23 au 24 septembre, le réalisateur d'"OSS 117" et "La Belle Époque" et acteur dans "L'Amour dure trois ans", notamment, Nicolas Bedos a appelé les Français à ignorer les mesures prises contre la propagation du coronavirus, comme le port du masque, à vivre "à fond" et à "tomber malades". Des incitations qui vont bien évidemment à l'encontre des mesures prodiguées par le gouvernement, et pour lesquelles Nicolas Bedos s'attend à un retour de bâton.

Recommande: