Le RN dénonce des "mesures qui manquent totalement de cohérence" — Coronavirus

24 Septembre, 2020, 11:30 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Covid-19 un tour de vis prévu pour plusieurs métropoles dont Paris

Le taux d'incidence (les nouvelles contaminations) est, ce mercredi, de 95 cas pour 100.000 habitants en France contre 83 la semaine dernière et devrait dépasser les 100 dans les prochains jours, a annoncé Olivier Véran. "Il y a au total 69 territoires qui sont en zone de circulation active à compter de samedi (contre 55 dimanche dernier), a expliqué le ministre".

Marseille et la Guadeloupe passent, elles, au stade supérieur, en alerte maximale. Le point sur les différentes mesures.

Sans mesures rapides, "nous risquons d'atteindre une situation critique dans quelques semaines", a mis en garde M. Véran, le ton grave. "Nous ne le faisons pas de gaieté de cœur", a-t-il ajouté.

L'agence Santé publique France a annoncé, dans le même temps, 13 072 nouvelles contaminations en 24 heures, soit 3 064 plus que la veille.

Différents niveaux d'alerte ont donc été établis en fonction de la situation épidémique des territoires.

D'autres villes vont être classées "rouge" et "super rouge".

Les divisant en zones "alerte", "alerte renforcée", "alerte maximale" et "état d'urgence sanitaire".

Trois départements aquitains sous surveillanceSoixante-neuf départements ont désormais un taux d'incidence au seuil d'alerte, fixé à 50 cas pour 100 000 habitants. Tous les établissements touchés (restaurants, salle de sport...) seront soutenus financièrement "avec exonération des cotisations sociales par exemple ".

Les métropoles de Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Paris et Rouen sont quant à elles été placées en zone "alerte renforcée".

Les bars devront fermer de manière anticipée, au plus tard à 22 heures. Une mesure qui entrera en compte à partir de lundi 28 septembre, afin de permettre aux professionnels de s'y préparer.

En Indre-et-Loire on reste en zone d'alerte de niveau 1. pour l'instant.

Les fêtes, les mariages, les tombolas, les événements associatifs, les anniversaires, les communions, etc. devront se tenir "en petit comité, c'est-à-dire à moins de trente personnes", indique Olivier Véran. / Capture d'écran live ministère de la Santé.

Dans les métropoles concernées, les préfets seront chargés d'annoncer les mesures locales rapidement, après concertation avec les maires.

Recommande: