France : les concessions autoroutières bien trop rentables pour le privé

23 Septembre, 2020, 10:22 | Auteur: Aubrey Nash
  • Un rapport sénatorial préconise de moduler le tarif des autoroutes suivant des critères de pollution

Le rapport appelle à une meilleure répartition des profits avec l'État et les usagers, lançant un avertissement aux sociétés d'autoroutes: "Si elles refusent le dialogue, elles donneront du poids aux défenseurs des solutions extrêmes, qui serait de dénoncer les contrats".

Une commission d'enquête sénatoriale propose dans un rapport présenté ce vendredi d'adapter le coût de l'utilisation des autoroutes en fonction notamment de l'utilisation de "véhicules propres" ou à la pratique du covoiturage. "La cession des sociétés concessionnaires d'autoroutes au secteur privé n'a été précédée ni d'une révision des contrats de concession, ni d'une définition de l'équilibre économique et financier des concessions ni d'une révision des relations avec l'État concédant", s'étranglent les sénateurs, examinant en détail leur bilan financier.

La plupart des autoroutes ont été privatisées en 2006, et "la durée des concessions a été prolongée à plusieurs reprises sans mise en concurrence", pointe ce rapport.

La santé financière des concessions doit permettre de faire évoluer le tarif des péages, estime la commission d'enquête.

En premier lieu, il s'agit de renforcer les contrôles sur le marché des sociétés concessionnaires d'autoroutes et faire en sorte qu'une partie de la rentabilité de ces infrastructures finance des investissements supplémentaires sur le réseau ainsi qu'une "modulation des péages en faveur des trajets du quotidien, du covoiturage et des véhicules propres ". Les modèles de gestion doivent également être revus, selon le rapport. Il aura pour objectif d'anticiper et organiser la fin des concessions actuelles et organiser les futures. Et si le modèle des concessions était conservé, il préconise de "rédiger des contrats de concession qui protègent effectivement les droits du concédant".

La rentabilité des concessions pour les entreprises qui les gèrent devrait être atteinte dès 2022, alors qu'elles courent jusque 2031 au moins.

Selon une "étude indépendante" demandée par le rapporteur de la commission Vincent Delahaye (Union centriste, Essonne), "deux des trois groupes autoroutiers pourraient atteindre la rentabilité attendue lors de la privatisation 10 ans avant la fin des concessions", soit autour de 2022, citant Vinci autoroutes et Eiffage. Entre 2022 et 2036, les dividendes versés aux actionnaires atteindraient donc 40 milliards d'euros environ, dont 32 milliards pour Vinci et Eiffage.

Recommande: