Covid-19 : une Assemblée générale désertée pour les 75 ans de l'ONU

23 Septembre, 2020, 09:42 | Auteur: Lynn Cook
  • A l'ONU sous le signe de la pandémie

Qualifiant une nouvelle fois le coronavirus de "virus chinois ", une formule qui suscite l'ire de Pékin, il a accusé les autorités chinoises d'avoir laissé l'épidémie "infecter le monde ".

A l'occasion de cette première journée de discours, à suivre en direct sur RT France, sont notamment prévus des discours de Jair Bolsonaro (Brésil), Donald Trump (Etats-Unis), Recep Tayyip Erdogan (Turquie), Xi Jinping (Chine), Miguel Diaz-Canel (Cuba), Vladimir Poutine (Russie), Hassan Rohani (Iran) et Emmanuel Macron (France). "Sans citer Washington, il a mis en garde contre " le piège d'un choc des civilisations ", appelant à ne pas " politiser " la lutte contre le coronavirus.

" Au moment où la communauté internationale se bat vraiment durement contre le Covid-19, les Etats-Unis propagent un virus politique ici à l'Assemblée générale", a-t-il déclaré à des médias". "Si quelqu'un doit être tenu pour responsable, ce sont les Etats-Unis pour avoir perdu tant de vies avec leur attitude irresponsable", a-t-il ajouté, alors que le bilan de la maladie a atteint mardi les 200.000 morts dans ce pays.

L'affrontement à distance s'est poursuivi sur le terrain climatique.

Face à ce climat qui électrise les relations internationales, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait lancé au préalable un avertissement inquiet contre une "grande fracture " entre les "deux plus grandes économies ".

Cette année, le débat général, qui s'est ouvert ce mardi et donne le véritable coup d'envoi à l'Assemblée générale annuelle, se tiendra de façon purement virtuelle sans la présence des chefs d'Etat ou de gouvernement qui enverront des discours préenregistrés. La correspondance depuis New York d'Elisabeth Guédel.

"Nous ne sommes pas collectivement condamnés à un pas de deux qui, en quelque sorte, nous réduirait à".

Donald Trump s'est lui présenté en "faiseur de paix", une semaine après la signature à la Maison-Blanche d'accords historiques entre Israël et deux pays arabes du Golfe, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

C'est une Assemblée générale sans précédent qui s'ouvre.

En 1945, l'ONU avait été créée pour que plus jamais le monde ne connaisse de conflit à l'échelle du globe.

Recommande: