Des dizaines de milliers de manifestants malgré la pression policière — Bélarus

22 Septembre, 2020, 08:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Des milliers de personnes étaient rassemblées à Minsk ce dimanche 20 septembre

L'Union européenne, comme les Etats-Unis, demande l'organisation de nouvelles élections en Biélorussie et le départ d'Alexandre Loukachenko, qui exerce le pouvoir depuis 26 ans.

"A Minsk, les protestataires s'étaient à nouveau réunis dans une ambiance festive, agitant des drapeaux rouges et blancs". Certains jouaient du tambour tandis que d'autres circulaient à vélo.

Candidate à l'élection présidentielle, Mme Tikhanovskaïa s'est réfugiée en Lituanie après avoir contesté la réélection d'Alexandre Loukachenko. "C'est en restant unis et en faisant pression en permanence qu'on pourra se débarrasser de Loukachenko", a affirmé Valeri Kouptsevitch, un retraité de 72 ans participant à la manifestation.

Des slogans visaient également le président russe Vladimir Poutine, un soutien majeur de M. Loukachenko dans cette crise qui secoue le Bélarus depuis un mois et demi. ", ont lancé des protestataires, faisant allusion à l'une des productions agricoles emblématiques de cette ex-république soviétique".

Les manifestants se sont rassemblés malgré le déploiement à Minsk de véhicules blindés, de canons à eau, et des pressions de la police. Selon elle, au moins 60 personnes ont également été appréhendées au cours de manifestations en province, en particulier à Gomel, Brest et Grodno.

A Brest (sud-ouest), du gaz lacrymogène a été utilisé et un policier a fait usage d'une grenade assourdissante pour disperser la foule, a précisé le ministre de l'Intérieur.

La veille, la police a dispersé brutalement une manifestation de femmes: 415 personnes ont été arrêtées à Minsk, selon le ministère, et 15 dans d'autres villes.

Au total, 385 d'entre elles ont déjà été libérées, selon cette source, qui a menacé de poursuites pénales les participants d'autres rassemblements non autorisés.

Minsk on the sidelines of a demonstration called by opposition movement for an end to the regime of authoritarian leader Alexander Lukashenko
Bélarus : des dizaines de milliers de manifestants malgré la pression policière

La police a arrêté tellement de manifestants qu'ils ont manqué de place dans des fourgons, libérant une dizaine de femmes.

Le nombre d'arrestations samedi ayant été bien supérieur que lors d'une manifestation semblable la semaine précédente, le Conseil de coordination de l'opposition a mis en garde contre "une nouvelle phase dans une escalade des violences contre des manifestants pacifiques".

Parmi les femmes arrêtées se trouvait Nina Baguinskaya, 73 ans, l'une des militantes les plus connues du mouvement de protestation anti-Alexandre Loukachenko.

Devant la répression policière, la chaîne d'opposition très suivie Nexta a publié une liste de plus de 1000 personnes présentées comme étant des fonctionnaires de police bélarusses.

Pendant les actions de protestation, des manifestants tentent régulièrement d'enlever les masques ou les cagoules de policiers ne portant pas d'insignes ou de badges avec leur identité. L'Union européenne a préparé des sanctions contre une quarantaine de personnes jugées responsables de la répression au Bélarus, mais l'unanimité des 27 est nécessaire pour leur adoption.

Le régime biélorusse a emprisonné de nombreux cadres du Conseil de coordination de l'opposition créée par M Tikhanovskaïa.

"Les dirigeants européens ont des raisons qui les poussent à ne pas instaurer les sanctions, mais je leur ai demandé d'être plus courageux", a déclaré Svetlana Tsikhanouskaïa, lors d'une conférence de presse à Bruxelles aux côtés du président du Parlement européen David Sassoli organisée à l'issue d'un entretien avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE.

Recommande: