Coronavirus: La Grande Bretagne fait face à une deuxième vague de l'épidémie

22 Septembre, 2020, 10:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Taper au porte-monnaie le pari du gouvernement anglais

Le gouvernement britannique sert la vis devant la hausse des contaminations au Covid-19.

Les Britanniques qui ne respecteront pas un auto-confinement en cas de contamination au coronavirus se verront infliger une amende pouvant aller jusque 10.000 livres sterling (11.000 euros), a annoncé samedi le gouvernement lors de la présentation des nouvelles règles visant à réduire le nombre de cas positifs.

Pour lutter contre la propagation du virus, le gouvernement britannique a instruit de nouvelles mesures " interdisant les rencontres entre personnes de différents foyers et mettant en place un couvre-feu de 22 heures à 5 heures dans les lieux de divertissement", ces mesures sont appliquées sur pas moins " de deux millions de personnes, et pourraient s'étaler sur 500000 autres, résidant dans des localités du Nord-Ouest de l'Angleterre ".

Le Royaume-Uni demande aux personnes qui présentent des symptômes de s'auto-confiner 14 jours.

"Je ne veux pas du tout entrer dans un second confinement national", a poursuivi Boris Johnson, ajoutant cependant: "Quand on voit ce qui se passe, il faut se demander si nous devons aller plus loin que la règle des six", par allusion à l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes en Angleterre entrée en vigueur ces derniers jours. En cas de non respect des règles, les amendes iront de 1.000 GBP (1.090 EUR) à 10.000 GBP en cas de violation répétée ou les pires manquements. Les personnes aux revenus limités pourront recevoir une aide forfaitaire de 500 livres (545 euros) s'ils n'ont pas la possibilité de télétravailler durant leur quarantaine.

Le Royaume-Uni a été le pays européen le plus durement touché par la pandémie en cours, avec près de 42.000 décès comptabilisés, et fait face à une remontée rapide du nombre de nouveaux cas depuis la rentrée.

" Nous la voyons en France, en Espagne, à travers l'Europe".

Boris Johnson n'a pas exclut de durcir davantage des restrictions locales qui se multiplient au niveau local en Angleterre, où il est interdit de se rassembler à plus de six, mais il a dit vouloir éviter un nouveau confinement national, ravageur pour l'économie.