Donald Trump accusé d’agression sexuelle par une nouvelle femme — Présidentielle américaine

18 Septembre, 2020, 02:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump à la Maison Blanche le 15 septembre 2020.- SAUL LOEB

Amy Dorris, une ancienne mannequin, assure avoir été agressée par le président américain en septembre 1997.

Il a enfoncé sa langue dans ma gorge et je le repoussais. Donald Trump, qui avait 51 ans à l'époque, "se fichait" de son refus, précise-t-elle. "J'étais sous son emprise et je ne pouvais pas m'en sortir", a-t-elle déclaré, ajoutant: "Je ne sais pas comment vous appelez cela lorsque vous mettez votre langue juste dans la gorge de quelqu'un".

En septembre 1997, Amy Dorris aurait passé plusieurs jours avec Trump alors promoteur immobilier new-yorkais. Cependant, alors que l'actrice en herbe quittait la salle de bain, elle aurait été approchée de près par Trump, qui l'attendait à l'extérieur. Elle confie au Guardian qu'après un bref échange verbal, elle aurait subi les assauts de son agresseur. Malgré une "nausée" et l'impression d'avoir été "bafouée", la mannequin aurait par la suite fait comme si de rien n'était, se sentant "obligée" d'essayer de "passer un bon moment".

Après cet événement, elle se serait confiée à des proches. En plus de son témoignage, Amy Dorris a fourni plusieurs photos au Guardian, la montrant en compagnie de Donald Trump, ainsi que son billet pour l'US Open. "Maintenant, je sens que mes filles sont sur le point d'avoir 13 ans et je veux qu'elles sachent qu'il ne faut laisser personne vous faire quoi que ce soit que vous ne voulez pas", a-t-elle avoué avec émotions. "Je veux qu'elles voient que je ne suis pas restée silencieuse, que je me suis opposée à quelqu'un qui a fait quelque chose d'inacceptable".

L'ancienne mannequin explique au Guardian qu'elle a songé à témoigner publiquement en 2016, lorsqu'une quinzaine de femmes avaient accusé Donald Trump d'agression ou de harcèlement sexuel mais qu'elle avait eu peur des conséquences pour sa famille.

Une nouvelle accusation de violences sexuelles vise le président américain, Donald Trump. On l'entendait se venter, en des termes vulgaires, de pouvoir attraper les femmes par les parties génitales grâce à sa notoriété.

Recommande: