"État voyou": Damas réagit aux aveux de Trump d'avoir envisagé l'élimination d'Assad

17 Septembre, 2020, 22:32 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump reconnaît finalement avoir envisagé d'

La partie syrienne a qualifié les États-Unis d'"État voyou" après que Donald Trump avait reconnu avoir songé à faire assassiner Bachar al-Assad.

En représailles, le président américain avait ordonné des frappes sur la base aérienne d'Al-Chaayrate (Centre).

Trump a affirmé mardi avoir envisagé d'"éliminer" Assad en 2017 mais que le chef du Pentagone de l'époque, Jim Mattis, s'y était opposé. Ça a toujours été un général bien trop surcoté.

En 2018, dans son ouvrage "Fear", le journaliste Bob Woodward assurait que le président américain avait fait pression pour assassiner Bachar al-Assad l'année précédente.

En 2018, le célèbre journaliste américain Bob Woodward publiait " Fear: Trump in The White House ", Celui qui a été à l'origine de l'Affaire du Watergate indiquait dans un passage de l'ouvrage que le président américain aurait appelé le chef du Pentagone pour lui faire part de son souhait d'assassiner le leader syrien Bachar el-Asad.

James Mattis avait quitté son poste en décembre 2018, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump. "Les aveux de M.Trump confirment que l'administration américaine est un État voyou et hors-la-loi, qui poursuit les mêmes méthodes que les organisations terroristes avec des meurtres et des liquidations", ajoute le ministère.

L'armée du régime syrien est mise en cause pour des attaques à l'arme chimique sur la localité de Latamné (nord) également en 2017 et sur un bastion rebelle près de Damas (plus de 1.400 morts selon les Etats-Unis) en août 2013. Elle a été aussi accusée d'attaques présumées au gaz de chlore.

Recommande: