Emily Ratajkowski accuse un photographe d'agression sexuelle dans un essai glaçant

17 Septembre, 2020, 21:58 | Auteur: Sue Barrett
  • Emily Ratajkowski détaille son agression sexuelle dans un essai à fleur de peau

À l'époque, Emily Ratajkowski n'a que 20 ans et clip de " Blurred Lines " n'est pas encore sorti.

Par le biais d'un texte choc publié le 15 septembre sur le site The Cute, et dans lequel elle évoque sans fard sa condition de femme et son image dépossédée en tant que mannequin, le top model Emily Ratajkowski révèle avoir été violée par le photographe Jonathan Leder. "À la seconde où j'ai laissé tomber mes vêtements, une partie de moi s'est dissociée", se souvent Emily. Le shooting se poursuit jusque tard dans la nuit. J'ai commencé à me sentir flotter hors de moi, m'imaginant en train de remonter sur le lit. J'ai courbé le dos, pincé mes lèvres. "Le flash était si éblouissant et j'avais bu tellement de vin que des taches noires géantes s'étendaient devant mes yeux". Emily Ratajkowski se retrouve alors seule face à cet homme, comme elle le raconte au New York Magazine. Je ne me souviens pas l'avoir embrassé mais je me souviens de ses doigts en moi. " La prochaine chose dont je me souviens est d'être dans le noir. De plus en plus fort, poussant et poussant, comme si personne ne m'avait touchée avant ou ne m'a touchée depuis ".

"Ça me faisait vraiment, vraiment mal. Instinctivement, j'ai mis ma main sur son poignet et j'ai retiré ses doigts de moi avec force".

"L'agent de Jonathan Leder a immédiatement réagi à ces accusations". "Il s'est levé brusquement et est parti silencieusement dans l'obscurité".

À aucun moment, le mannequin n'a donné son consentement. "J'étais livide et frénétique", explique-t-elle ainsi. C'est alors que la mannequin apprend que son agresseur va publier un livre de ses photos.

"C'est après cette séance de nu, alors que le photographe a continué à la faire boire, qu'elle aurait été victime de ce qu'elle décrit comme une agression sexuelle". "Vous croyez vraiment que quelqu'un pense qu'elle est une victime?". Mais c'était sans compter sur la publication par Jonathan Leder d'un livre sur elle contenant les polaroïds de cette soirée.

Et en dépit du douloureux souvenir que représente ce shooting, cette dernière n'a pas souhaité s'y opposer, refusant de perdre son temps, son énergie et son argent dans une trop longue bataille juridique. Elle conclut d'ailleurs sa tribune comme suit: "Je resterai comme la vraie Emily, l'Emily qui possède l'art véritable d'Emily, et celle qui a aussi écrit cette tribune".

À partir de quand un mannequin possède sa propre image?

Recommande: