Coronavirus: dans plusieurs pays, la deuxième vague devient réalité

14 Septembre, 2020, 18:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Benjamin Netanyahu a annoncé le reconfinement ce dimanche à la télévision

"Aujourd'hui, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre un confinement strict de trois semaines avec l'option d'étendre cette mesure", a déclaré Benjamin Netanyahu. Les habitants auront l'interdiction de sortir de chez eux sauf pour les déplacements essentiels. Les écoles et les centres commerciaux seront fermés, mais les supermarchés et les pharmacies resteront ouvertes, tout comme le services publics, fonctionnant néanmoins avec des effectifs restreints. Israël est le premier pays occidental à franchir le cap et à ordonner un reconfinement national. Des statistiques presque flatteuses, largement liées à l'enclavement du pays et à la jeunesse de la population, comparée aux Etats occidentaux plus durement touchés. Lunaire. C'est que celui qu'on surnomme "Bibi" avait un avion à prendre fissa, avec femmes et enfants, direction Washington, où il doit signer mardi à la Maison Blanche un accord normalisant les relations de l'Etat hébreu avec les Emirats arabes unis et Bahreïn.

Jeudi, le cabinet en charge de la lutte contre le nouveau coronavirus avait approuvé la mise en place d'un confinement généralisé.

Mais cette décision risque ne pas être sans conséquence politique. Elle a provoqué la colère des alliés ultra-orthodoxes de Benjamin Netanyahou, alors que les "haredim " (juifs ultra-orthodoxes) sont parmi les plus réticents à respecter les gestes barrières. Le reconfinement entrera en vigueur le vendredi 18 septembre à 14 heures et durera jusqu'au 11 octobre.

Yaakov Litzman, ministre d'un parti ultra-orthodoxe partenaire de la coalition du gouvernement Netanyahu a démissionné plus tôt dans la journée par mécontentement face au fait que les fidèles ne pourraient pas prier dans les synagogues de Yom Kippour sans restrictions.

En Europe, l'Allemagne continue de constituer un véritable paradoxe. Le pays présente à la fois l'une des politiques sanitaires les plus libérales du continent, l'un des meilleurs bilan humains ("seulement" 9 400 morts) et surtout l'opposition populaire la plus vive aux mesures de distanciation sociale.

Comme souvent dans les manifestations anti-corona, l'évènement a rassemblé des protestataires de bords politiques très divers, des libertaires aux militants d'extrême-droite en passant par des complotistes de tout genre.

C'est un aveu d'échec cuisant pour le Premier ministre Benyamin Nétanyahou, pourtant à la tête depuis mai d'un "gouvernement d'urgence nationale" censé mettre de côté les divisions partisanes pour combattre la pandémie. Encore un signe du paradoxe allemand.

Recommande: