Explosions à Beyrouth: 16 fonctionnaires du port mis en détention

11 Août, 2020, 09:41 | Auteur: Sue Barrett
  • Explosions à Beyrouth Trump balaie la thèse d’un accident industriel et évoque un attentat citant ses experts

La France, ancienne puissance mandataire, et le Liban ont conservé de profonds liens, et Emmanuel Macron est le premier chef d'Etat à s'y rendre depuis le drame.

Au terme d'une visite de quelques heures, M. Macron a annoncé lors d'une conférence de presse son retour à Beyrouth le 1er septembre ainsi qu'une conférence d'aide "dans les tout prochains jours" pour le Liban, pays meurtri et proie à une crise économique inédite.

Furieux après une catastrophe de trop dans un pays en plein naufrage, les Libanais réclament des comptes. "Aidez-nous! Révolution! ", a crié la foule en colère, s'en prenant au président Aoun et répétant " le peuple veut la chute du régime ", alors que M. Macron effectuait une tournée dans le quartier chrétien de Gemmayzé, dévasté par les explosions.

Ces incidents surviennent à l'avant-veille d'une grande manifestation anti-gouvernementale, prévue samedi.

Le président français a échangé avec la population, rencontré des secouristes et exhorté les autorités libanaises, conspuées par la rue, à "changer de système" et indiqué qu'il allait proposer un "nouveau pacte politique". "C'est le temps des responsabilités aujourd'hui pour le Liban et pour ses dirigeants", a-t-il déclaré après ses entretiens avec les principaux responsables libanais de tous bords.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un appel de fonds de 15 millions de dollars (12,7 millions d'euros) pour répondre aux besoins sanitaires d'urgence du Liban après l'explosion massive qui a dévasté mardi le port de Beyrouth et une partie de la capitale libanaise.

Comparée à un "tsumani" ou à un "séisme", elle a détruit des quartiers entiers proches du port et endommagé d'autres à plusieurs km à la ronde.

Le bilan s'alourdit, au Liban, au lendemain de la double explosion qui a ravagé la capitale Beyrouth. Selon toujours l'explication du ministère: "Les stockages de nitrate d'ammonium concentré relèvent du statut Seveso seuil bas à partir de 350 tonnes de nitrate d'ammonium et du statut Seveso seuil haut à partir de 2 500 tonnes (des quantités plus basses s'appliquent néanmoins pour certaines formes particulières de nitrate d'ammonium)".

Selon des sources de sécurité, les autorités du port, les services des douanes et des services de sécurité étaient tous au courant que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées au port mais se sont rejeté mutuellement la responsabilité du dossier.

Seize fonctionnaires du port et des autorités douanières ont été arrêtés et placés en détention dans le cadre de l'enquête.

Le président Aoun a remercié le président Macron pour l'aide humanitaire et médicale envoyée par la France et a exprimé sa gratitude pour sa solidarité avec le Liban afin de faire face aux effets de la catastrophe qui l'a frappé.

Recommande: