Les lagons de l'île Maurice en proie à une importante marée noire

08 Août, 2020, 13:06 | Auteur: Lynn Cook
  • Fuite d’huile sur un vraquier : l’île Maurice craint une « catastrophe écologique »

Cette fuite provient d'un vraquier échoué sur un récif depuis le 25 juillet sur la côte sud-est de l'île. "Depuis, face aux craintes de la population que la cargaison ne s'échappe du navire, alimentées notamment par des photos postées sur les réseaux sociaux, les autorités mauriciennes s'étaient montrées rassurantes".

Selon Eco-Sud, une association pour la protection de l'environnement et des espèces animales, des traces de pollution sont déjà visibles sur l'une des plages de l'île Maurice.

Le bateau, appartenant à un armateur japonais mais battant pavillon panaméen, voyageait à vide mais transportait 200 tonnes de diesel et 3.800 tonnes d'huile lourde, selon la presse locale. Son équipage a été évacué.

Le navire est échoué sur la pointe d'Esny, une zone humide classifiée Ramsar, comme le parc marin de Blue Bay proche et lui aussi menacé.

Au moins 1 300 tonnes d'huile auraient été déversées dans les eaux mauriciennes, d'après les informations de l'Express Maurice."Nous sommes dans une situation de crise environnementale", a reconnu en conférence de presse le ministre mauricien de l'Environnement, Kavy Ramano. "C'est la première fois que nous sommes confrontés à une catastrophe pareille et nous ne sommes pas suffisamment équipés pour traiter ce problème", a ajouté le ministre de la Pêche, Sudheer Maudhoo. Pour les 3 prochains jours, les prévisions de dérive des polluants n'envisagent pas de dispersion en dehors du lagon de l'île Maurice. Ce dernier est déclenché en cas de pollution marine accidentelle. (.) A côté de l'Etat français, l'Etat mauricien et des associations, la Commission de l'Océan Indien (C.O.I) doit immédiatement se mobiliser et prêter main forte.

Selon les ministres de l'Île, toutes les tentatives pour stabiliser le navire ont échoué en raison des mauvaises conditions en mer. "Un officier de liaison de la Marine nationale et le correspondant de la lutte contre une pollution maritime par hydrocarbures (Polmar) de La Réunion seront également présents à bord, afin d'apporter leur expertise technique et opérationnelle aux autorités mauriciennes", a indiqué la préfecture de la zone de défense et de sécurité du sud de l'océan indien dans un communiqué. Les écologistes craignent que le bateau ne finisse par se briser, ce qui pourrait entraîner une fuite encore plus importante d'hydrocarbures et des dommages colossaux en mer et sur le littoral.

Pravind Jugnauth, qui s'est rendu sur les lieux dans la journée de vendredi, a par ailleurs indiqué "que le risque d'une fissure sur une autre cale n'est pas à écarter".

Très prisée pour ses lagons et ses plages paradisiaques, l'île Maurice est un haut lieu du tourisme international.

Recommande: