Covid-19: "Nous pouvons basculer à tout moment"

05 Août, 2020, 18:41 | Auteur: Jonathan Ford
  • Coronavirus: une seconde vague

Le Conseil scientifique, mis en place par le gouvernement français pour lutter contre le coronavirus, juge ce mardi toujours "hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou l'hiver", dans un nouveau rapport.

Alors que la France le nombre de nouveaux cas augmente dans le pays, le gouvernement a pris de nouvelles mesures strictes pour tenter d'endiguer la propagation du virus, notamment en imposant le port du masque en lieux publics.

Le Conseil scientifique avertit ce mardi 4 août sur l'importance des mesures barrières et indique que "l'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment" vers une reprise incontrôlée de l'épidémie de Covid-19 en France.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a demandé mardi au préfet de police de le rendre également obligatoire dans les marchés de la capitale ainsi que sur les quais de Seine, très fréquentés en été. "L'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment dans un scénario moins contrôlé comme en Espagne par exemple", poursuit mardi le Conseil, chargé de guider les pouvoirs publics dans la gestion de la crise.

L'augmentation du nombre de cas d'abord: sur la semaine du 20 au 26 juillet il a bondi de 54% (5592 au total) et la barre des 1000 nouveaux cas par jour a été franchie.

"En effet, si il considère que le déconfinement est une réussite, dans la mesure où " il n'y a pas eu de reprise marquée de l'épidémie", il note que " nous nous trouvons dans une situation fragile, avec une recrudescence de la circulation du virus.

Le nombre de patients atteints de la Covid-19 admis en réanimation est quant à lui reparti à la hausse, rompant avec la baisse continue observée depuis début avril.

"Il importe de continuer à respecter les gestes barrières, de porter le masque, de se laver régulièrement les mains au gel hydroalcoolique, de faire attention", a quant à lui déclaré le président de la République, Emmanuel Macron, en visite à Toulon.

À lire aussi: Coronavirus: le port du masque rendu obligatoire en extérieur à Paris dans ces lieux!

Le Conseil demande aux autorités des "plans de prévention" axés notamment sur les vingt plus grandes métropoles: "Un +confinement local+ plus ou moins important en fonction de l'épidémie doit faire l'objet d'une préparation dans ces zones à forte densité de population".

Face à une situation qui se dégrade, les autorités mettent aussi l'accent sur le port du masque.

Certains scientifiques appellent également à mettre en perspective les données chiffrées.

"La situation en France ne justifie aucunement de dire qu'il y a une aggravation", a récemment affirmé à l'AFP Yonathan Freund, professeur de médecine d'urgence à la Pitié-Salpêtrière à Paris. "L'épidémie est maîtrisée, si jamais on se fait dépasser, on le saura très en avance", a poursuivi ce médecin, qui s'élève contre un excès "d'alarmisme", même si sa position est minoritaire.

"On passe d'un risque qui était jugé acceptable et que l'on cherchait à contrôler à une doctrine du risque zéro", dit-il à l'AFP.

Recommande: