Hongkong : les législatives reportées à cause du coronavirus

03 Août, 2020, 21:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Les législatives reportées à cause du coronavirus

Beaucoup d'opposants l'avaient présentée comme le dernier clou sur le cercueil du principe "Un pays, deux systèmes", qui était censé garantir jusqu'en 2047 des libertés inconnues ailleurs en Chine continentale.

Les Hongkongais sont appelés aux urnes début septembre pour des élections au Conseil législatif (LegCo, le Parlement local) cruciales, neuf mois après le triomphe du mouvement pro-démocratie aux élections locales, alors que l'ex-colonie britannique a vécu en 2019 sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

C'est une décision qui risque bien de jeter un peu plus de suspicion sur la situation démocratique à Hong Kong.

Mais la décision de ce report du rendez-vous électoral de septembre intervient dans un contexte de suspicion grandissante vis-à-vis de l'exécutif hong-kongais lié à la mise en oeuvre, imposée par Pékin début juillet, de la nouvelle loi sur la sécurité. ", s'est interrogé le Bureau de liaison dans un communiqué". " Le gouvernement central comprend totalement cette décision et la soutient".

Les candidatures aux législatives hongkongaises de douze militants prodémocratie, parmi lesquels Joshua Wong, figure du mouvement des Parapluies, ont été invalidées.

"Notre résistance se poursuivra et nous espérons que le monde se tiendra à nos côtés dans les batailles à venir", a déclaré lors d'une conférence de presse le militant de 23 ans qui avait été le visage du "Mouvement des Parapluies" en 2014.

"Joshua Wong, qui n'avait déjà pas eu le droit de se présenter aux élections locales, a dénoncé " la mesure de répression la plus importante " contre le camp prodémocratie, expliquant que les autorités avaient disqualifié " presque tous les candidats prodémocratie, depuis les groupes progressistes les plus récents aux partis modérés traditionnels ".

Dans un communiqué, l'exécutif a dressé une longue liste des raisons de ces disqualifications, citant le fait que certains candidats aient critiqué la loi sur la sécurité ou refusé de reconnaître la souveraineté chinoise.

Plus ubuesque, il a reproché à certains le fait qu'ils aient l'intention d'obtenir la majorité au LegCo.

La popularité de ces revendications s'est confirmée lors des élections locales de novembre marquées par un triomphe du camp prodémocratie, qui a pris le contrôle de 17 des 18 districts du territoire.

Plus de 600.000 Hongkongais avaient participé mi-juillet aux primaires organisées par le camp prodémocratie dans cette ville de 7,5 millions d'habitants, une consultation largement analysée comme un grand succès populaire.

La police de Hong Kong a arrêté mercredi 29 juillet quatre étudiants, dont la plus jeune n'a que 16 ans, pour des infractions présumées à la nouvelle loi sur la sécurité nationale de la ville.

Qui plus est, l'officialisation de ce report, que craignait depuis quelque temps l'opposition, intervient au lendemain de l'arrestation de plusieurs militants indépendantistes et, surtout, l'annonce de l'invalidation de la candidature d'une douzaine de candidats pro-démocratie à ces élections.

Recommande: