Le mystère Van Gogh mis au jour ?

31 Juillet, 2020, 06:38 | Auteur: Sue Barrett

"Racines", l'ultime tableau peint par Vincent Van Gogh, le jour où il s'est donné la mort, a livré son secret grâce à une ancienne carte postale retrouvée par hasard, éclairant les derniers instants du peintre au destin tragique.

Sur la carte postale datant de 1900-1910, figure un coteau couvert d'un taillis avec des troncs et des racines.

Les experts, des chercheurs chevronnés du musée Louis van Tilborgh et Teio Meedendorp, ont conclu qu'il était " hautement plausible " que l'emplacement correct ait été identifié. L'hypothèse a été validée par les éminents spécialistes du musée Van Gogh d'Amsterdam.

L'endroit pourrait devenir un lieu de pèlerinage, à 150 mètres de l'auberge où résidait le peintre souffrant d'instabilité mentale et d'accès psychotiques.

Les visiteurs d'Auvers-sur-Oise qui viennent chaque année sur les traces de Vincent van Gogh pourront ainsi ajouter une expérience émouvante à leur parcours; ils pourront se tenir à l'endroit précis où les pinceaux de Van Gogh ont touché la toile pour la dernière fois.

Le chercheur a expliqué que cette ultime œuvre de Van Gogh avait donné cours à toutes sortes de théories, sur le fait par exemple qu'il aurait signé un tableau marquant le début de l'art abstrait, de l'art nouveau. Mais "ce tableau, peint peu avant qu'il se tire une balle dans le ventre, le 27 juillet 1890, était indéchiffrable, car le lieu de la réalisation était impossible à situer", développe le chercheur qui est parti sur place pour vérifier son intuition.

Van Gogh, grièvement blessé, devait regagner dans la nuit l'auberge et mourir deux jours plus tard à l'issue d'une longue agonie.

"Dans une lettre, le beau-frère de Theo van Gogh, Andries Bonger, a décrit comment l'artiste " avait peint une scène de forêt, pleine de soleil et de vie " le " matin avant sa mort ".

Cette lettre a été utilisée pour soutenir l'affirmation selon laquelle Tree Roots était la dernière œuvre d'art de Van Gogh. Un taillis, c'est quelque chose qu'on coupe, mais où la vie reste. Cela élimine toutes ces théories foireuses, qui n'ont pas fait de bien à sa mémoire, comme celle affirmant qu'il aurait été tué par accident par des gamins maniant un pistolet, a déclaré l'expert néerlandais. Cette nouvelle tentative de suicide sera fatale.

"Ce qui est extraordinaire, c'est que la souche principale qu'on trouve sur le tableau est aujourd'hui encore visible dans le taillis", 130 ans après, s'émerveille Wouter van der Veen.

Recommande: