Masque obligatoire, Hong Kong renforce les restrictions — Coronavirus

30 Juillet, 2020, 16:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Un homme est couché au sol sur le ventre. Il lève la tête et regarde devant lui

Dans la soirée du mardi 28 juillet, les ministres européens ont adopté une série de mesures " en réponse à une loi de sécurité imposée à Hong Kong par Pékin " entrée en vigueur le 30 juin dernier, rapporte la Deutsche Welle. " Premièrement, aux habitants de Hong Kong, [nous avons exprimé] le soutien de l'UE à leur autonomie et à leurs libertés fondamentales (...) Pour la Chine, le message est que les récentes actions changent les règles". "L'UE est particulièrement préoccupée par la forte érosion des droits et libertés qui étaient censés être protégés au moins jusqu'en 2047", avaient martelé les membres de l'Union dans leur texte rendu public ce mardi. Les Européens ont coordonné leur action et le train de mesures a été élaboré par les ambassadeurs des États membres à Bruxelles et soumis pour approbation aux capitales, a-t-on expliqué de source diplomatique.

Le ministre des Affaires étrangères, Winston Peters, a déclaré dans un communiqué que la loi sur la sécurité nationale avait "érodé les principes de l'état de droit, sapé le cadre "un pays, deux systèmes "qui sous-tend le statut unique de Hong Kong et allait à l'encontre des engagements pris par la Chine envers la communauté internationale". "Nous considérons logique de traiter Hong Kong de la même manière que la Chine continentale", qui est déjà frappée par ce genre de mesures, avait insisté le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas lors de la réunion avec ses homologues. Les États membres ont en outre convenu de soutenir la population de l'ancienne colonie britannique en lui permettant de se rendre plus facilement en Europe grâce à l'octroi de visas, de bourses et d'échanges d'universitaires.

Une première réponse commune à la nouvelle loi sur la sécurité nationale adoptée par Pékin, menaçant le régime particulier de ce territoire semi-autonome.

La loi sur la sécurité nationale interdit les activités que la Chine définit comme des actes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères.

La Grande-Bretagne, l'Australie et le Canada ont tous suspendu leurs traités d'extradition avec Hong Kong plus tôt ce mois-ci, tandis que les Etats-Unis ont mis fin au traitement préférentiel qui a contribué à faire du territoire l'un des pôles financiers mondiaux.

Recommande: