L'ex-conseiller Bolton charge la gestion de Trump — Maison-Blanche

27 Juillet, 2020, 18:40 | Auteur: Sue Barrett
  • REUTERS L’ex-conseiller de Donald Trump John Bolton et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo

Le locataire de la Maison-Blanche aurait demandé à plusieurs reprises à ses fonctionnaires de cesser d'apporter une assistance militaire à l'Ukraine "en représailles à ses actions de 2016" et "en tant que moyen de pression" sur ce pays, pour que celui-ci enquête sur son potentiel rival à la présidentielle, Joe Biden.

"Dans son ouvrage, John Bolton s'en prend aussi au président sud-coréen Moon Jae-in, à propos des sommets Trump-Kim, affirmant que l'ensemble du processus était une " création de la Corée du Sud et beaucoup plus lié à son agenda en vue de " l'unification " qu'à une stratégie sérieuse de la part de Kim ou de nous ".

Un juge fédéral a dans une décision rendue ce samedi, rejeté la requête de l'administration Trump.

D'abord ambassadeur américain aux Nations unies sous George W. Bush, John Bolton a par la suite été le conseiller de Donald Trump en matière de sécurité nationale de mars 2018 à septembre 2019, date à laquelle il a été évincé par le président pour ses opinions bellicistes en matière de politique étrangère. Mais "le gouvernement n'a pas réussi à établir qu'une interdiction empêcherait des dommages irréparables".

Sans attendre l'issue de ce bras de fer judiciaire, de larges extraits ont déjà opportunément filtré dans la presse ces derniers jours.

C'est un échec pour Donald Trump. " a menacé le président américain, en évoquant les positions va-t-en-guerre en diplomatie de son ex-conseiller".

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a dénoncé le 18 juin les "mensonges" de John Bolton, l'ex-conseiller de Donald Trump qui publie un livre au vitriol contre le président des Etats-Unis. "Maintenant, des bombes vont lui tomber dessus!" .

Et le camp trumpiste est venu à la rescousse.

"Le 20 novembre, jour de mon anniversaire, Trump voulait appeler Ben Salmane pour lui dire que la déclaration allait sortir, disant: "Nous lui rendons un sacré service", à savoir "qu'il l'ait commis ou non, nous sommes aux côtés de l'Arabie saoudite " ", relate John Bolton dans son livre, ajoutant que Trump "s'est tourné vers Pompeo au sujet de l'appel avec le prince héritier, et lui a dit "Dis-lui que c'est une chose incroyable que je lui fais " ".

L'opposition démocrate est elle partagée entre la dénonciation de révélations tardives qui lui auraient été plus utiles lors de leur procédure de destitution du président - finalement acquitté en début d'année -, et la volonté de donner un écho à ce portrait accablant pour l'ex-magnat de l'immobilier.

Recommande: