Extensions du 5G: après Trump, Boris Johnson coupe les ponts avec Huawei

15 Juillet, 2020, 02:56 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le Royaume Uni va bannir le chinois Huawei du déploiement de la 5G

Le Conseil de sécurité nationale présidé par le Premier ministre Boris Johnson a décidé mardi d'interdire à partir de la fin de cette année l'acquisition d'équipements de Huawei pour la nouvelle génération de communication mobile. "Cela n'a pas été une décision facile, mais c'est la bonne pour les réseaux télécoms britanniques, pour notre sécurité nationale et pour notre économie, maintenant comme à long terme", a ajouté Oliver Dowden. Le Royaume-Uni est soumis depuis plusieurs mois à de fortes pressions de l'administration américaine, qui accuse Huawei d'espionnage à la solde de la Chine.

La décision britannique est jugée "politisée " et "décevante " par Huawei.

Londres s'inquiète d'un recours du groupe à des composants de rechange susceptibles de poser de nouveaux risques en termes de cybersécurité.

Selon Londres, ces dernières impactent la capacité d'Huawei de rester un fournisseur fiable à l'avenir.En janvier encore, Johnson signait un accord 5G élaboré par le gouvernement de Theresa May, par lequel Huawei était autorisée à fournir des 'éléments non cruciaux' au réseau britannique.

Mais face à la grogne de Washington et de députés conservateurs, le gouvernement avait laissé entendre qu'il durcirait sa position, mettant en avant le risque sécuritaire que peut représenter la présence de l'équipementier dans ses infrastructures.

Les patrons des opérateurs téléphoniques, tels que BT et Vodafone, ont averti qu'un retrait total des équipements Huawei du réseau britannique serait "impossible " sous dix ans et risquerait d'occasionner des pannes et problèmes de sécurité.

Alors que Boris Johnson avait fait de l'amélioration du réseau de télécoms britannique une promesse de campagne, son ministre de la Culture a reconnu que l'exclusion de Huawei retarderait le déploiement de la 5G au Royaume-Uni de deux à trois ans, entraînant un coût allant jusqu'à deux milliards de livres (environ 3,4 milliards de dollars canadiens). En effet, la Grande Bretagne a annoncé ce mardi l'exclusion de l'entreprise chinoise de son réseau 5G.

"Cette décision décevante est une mauvaise nouvelle pour tous ceux au Royaume-Uni qui ont un téléphone portable", a déploré Ed Brewster, porte-parole de Huawei UK, dans un communiqué.

En outre, le ministre britannique chargé de la Culture et du Numérique, Oliver Dowden, a déclaré que le gouvernement était en pourparlers à un "niveau technique" avec les quatre principaux rivaux de Huawei, dont Nokia, Ericsson, mais aussi Samsung en Corée du Sud et NEC en Japon.

Recommande: