Des proches de Trudeau impliqués dans une enquête pour conflits d'intérêts — Canada

12 Juillet, 2020, 02:54 | Auteur: Lynn Cook
  • CANADIENNE Alexandre Trudeau en 2003

Par ailleurs, M. Trudeau a tout le temps affirmé que les membres de sa famille travaillaient gratuitement aux côtés de l'organisme. L'organisation qui les représente à titre de conférenciers a reçu des commissions supplémentaires.

Ambassadrice de WE et animatrice d'un podcast pour l'organisme, Sophie Grégoire Trudeau a, elle, été payée 1400 $ en 2012 pour un évènement unique.

La plupart des paiements sont venus de la composante à but lucratif de l'organisation, qui parraine la composante caritative, a déclaré UNIS.

Le député montréalais a rappelé que "jamais un premier ministre n'a fait l'objet d'autant d'enquêtes pour conflits d'intérêts et Justin Trudeau ne peut pas plaider l'ignorance ".

Au début de l'affaire, le gouvernement fédéral avait annoncé que cette Bourse ne sera plus gérée par UNIS, et le Bureau du commissaire aux conflits d'intérêts et à l'étique a diligenté une enquête sur l'attitude de Trudeau dans ce dossier.

Depuis plusieurs jours, le bureau du premier ministre et l'organisme UNIS niaient toute existence de liens financiers entre eux.

Il a maintenu que c'est la fonction publique "non partisane" qui avait recommandé l'octroi du contrat à UNIS. Un porte-parole du ministre, Alex Wellstead, a déclaré jeudi que "les proches du premier ministre sont impliqués dans diverses organisations et soutenaient de nombreuses causes personnelles de leur propre chef".

"Ce qui est important de garder en tête ici, c'est qu'il est question d'un organisme de charité qui soutient des étudiants ", lit-on encore dans cette brève réaction.

La nouvelle a fait bondir les partis d'opposition. "Le contexte ne permet pas une demande de démission: nous sommes en pleine pandémie", a-t-il précisé, dans un communiqué.

L'enquête des commissaires à l'éthique marque la troisième fois que le Premier ministre est confronté à des interrogations sur sa conduite en tant que leader.

Selon M. Blanchet, un premier ministre "a une obligation d'être au-dessus de tout soupçon 1/8et3/8 ce ne serait pas la première fois que le M. Trudeau échoue lamentablement au test de probité".

"Ce que nous avons appris aujourd'hui est scandaleux, a déclaré Michael Barrett, porte-parole conservateur en matière d'éthique, par voie de communiqué". "Tous les documents relatifs au contrat doivent être rendus publics".

Chaque ministre du Cabinet doit dire s'il savait ou non que la famille du premier ministre a des liens financiers avec l'organisme UNIS quand ils ont approuvé cet important contrat.

Recommande: