Coronavirus:Des chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du virus dans l'air

07 Juillet, 2020, 16:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Image au microcospe du virus SARS-CoV-2 à l'origine du Covid-19

239 chercheurs de 32 pays s'inquiètent dans le New York Times de la contagiosité du coronavirus.

L'OMS avance que les preuves de transmission du virus par les aérosols ne sont pas assez pas convaincantes. Il n'a jamais été prouvé que ces particules de coronavirus étaient viables et pouvaient provoquer des infections.

Dans une tribune publiée ce lundi dans le New York Times, ils soutiennent que ces particules peuvent se propager dans une pièce et contaminer les objets, ainsi que l'air.

"Nous appelons la communauté médicale et les organismes nationaux et internationaux compétents à reconnaître le potentiel de transmission aérienne du Covid-19", écrivent dans la revue à lire ici en anglais Clinical Infectious Diseases d'Oxford deux scientifiques, Lidia Morawska de l'université de Queensland et Donald Milton de l'université du Maryland, dans un article signé par 237 autres experts.

Cela ne signifie pas pour autant que le virus reste en suspension durant plusieurs heure.

En revanche, les 239 chercheurs invitent l'OMS à revoir ses recommandations sanitaires, en particulier dans les espaces clos où le risque de contamination pourrait s'avérer plus élevé qu'imaginait.

Ils recommandent le port du masque dans les espaces clos, le renfort des mesures de distanciation physique, une meilleure ventilation des lieux de travail, écoles, hôpitaux, ...

"La transmission par l'air de SARS-CoV-2 n'est pas universellement acceptée; mais notre opinion collective est qu'il existe bien assez d'éléments probants pour appliquer le principe de précaution", disent les scientifiques.

L'OMS fait la distinction entre les virus transmis par l'air, comme la rougeole et la tuberculose, et les autres, mais "ce n'est pas un problème de dichotomie", dit à l'AFP une autre signataire, la professeure Caroline Duchaine, directrice du laboratoire sur les bioaérosols à l'université de Laval au Québec. Jusqu'à présent, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) assure que le coronavirus circule principalement via des grosses gouttelettes respiratoires émises, par exemple, lors d'un éternuement ou d'une quinte de toux.

Selon une étude, les microgouttelettes microscopiques d'une personne malade pourraient être transportées par l'air.

Recommande: