5G : 'pas de bannissement total' de Huawei en France (Anssi aux Echos)

07 Juillet, 2020, 02:10 | Auteur: Aubrey Nash
  • 5G : L’avenir de Huawei en France s’obscurcit, la Chine s’en mêle

Rappelons que seuls SFR et Bouygues Télécom utilisent déjà des équipements Huawei pour leurs réseaux existants. Cependant, selon les dires de Guillaume Poupard " il y aura des refus ", soulignant que c'est uniquement Huawei qui est concerné par ces mesures.

Ces décisions, qui vont bien au-delà du simple aspect industriel, interviennent sur fonds de tensions diplomatiques persistantes entre Washington et Pékin: les Etats-Unis font en effet pression sur leurs alliés pour qu'ils bannissent Huawei pour raison de sécurité, invoquant sa proximité avec le gouvernement chinois.

En mars, des sources avaient déclaré à Reuters que la France autoriserait les opérateurs télécoms à utiliser une partie des équipements de Huawei mais seulement pour les parties non sensibles du réseau, comme les antennes, qui posent moins de risques en termes de sécurité que les "coeurs de réseau", équipés de logiciels traitant de données sensibles dont celles des usagers.

On en sait un peu plus sur les intentions de l'Anssi de restreindre l'accès de Huawei au marché de la 5G en France. L'entreprise a toujours démenti ces allégations.

Alors que l'Arcep, le régulateur des télécoms, a fixé à septembre les enchères pour l'attribution des nouvelles fréquences et que les premières offres commerciales pourraient être disponibles en France avant la fin de l'année, les deux opérateurs s'inquiètent de devoir changer d'équipementier, ou même démonter leurs anciens équipements en cas d'incompatibilité.

Derrière cette décision planent les soupçons déjà émis par les États-Unis au sujet de Huawei. "Il faut développer la 5G dans des conditions économiques acceptables pour les opérateurs télécoms et aussi souveraines, qui nous permettent de ne pas être dépendants de tel ou tel équipement ou pays", a tenté de déminer le directeur de l'Anssi. Mais les opérateurs télécoms ne seront pas encouragés à avoir recours aux équipements du géant chinois. "Nous ne sommes pas dans du racisme anti-chinois", a-t-il assuré.

"Réfutant des décisions hostiles à Huawei ( " une belle boite "), M Poupard ne réfute pas la dimension (géo) politique de la décision: " Nous disons juste que le risque n'est pas le même avec des équipementiers européens, qu'avec des non-européens.

Dans l'interview accordé aux Echos, Guillaume Poupard ne précise pas sur quels types d'équipements s'appliqueront les refus: " à partir de la semaine prochaine, certains opérateurs qui n'auraient pas reçu de réponse peuvent considérer que c'est un refus, conformément à ce que prévoit la loi ".

Selon lui, ce " n'est pas un procès d'intention que l'on fait à telle entreprise ou tel pays.

Outre le débat sur Huawei, le déploiement de la 5G suscite également des interrogations sur son impact sanitaire.

Recommande: