239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus dans l'air

06 Juillet, 2020, 16:17 | Auteur: Jonathan Ford
  • Mohamed Hassan – Pixabay

L'Organisation mondiale de la santé soutient depuis longtemps que le coronavirus se propage principalement par de grosses gouttelettes respiratoires qui, une fois expulsées par des personnes infectées par la toux et les éternuements, tombent rapidement au sol. Ainsi, l'OMS a recommandé le lavage des mains comme stratégie de prévention primaire, car nos mains peuvent entrer en contact avec de telles surfaces. Même dans sa dernière mise à jour sur le coronavirus, publiée le 29 juin, l'OMS assure que la transmission par voie aérienne du virus n'est possible qu'après des procédures médicales produisant des aérosols ou des gouttelettes.

239 chercheurs de 32 pays s'inquiètent dans le New York Times de la contagiosité du coronavirus.

D'après le Dr Benedetta Allegranzi, responsable technique de l'OMS dans la lutte contre les infections, les preuves de la propagation du virus par voie aérienne ne sont pas convaincantes. "Au cours des deux derniers mois, nous avons déclaré à plusieurs reprises que nous considérions la transmission aéroportée comme possible, mais certainement pas étayée par des preuves solides ou même claires". L'agence a répondu rapidement, appelant Lidia Morawska, la dirigeante du groupe et une ancienne consultante de l'OMS, pour organiser une réunion.

Le rôle des espaces clos, mal ventilés et surpeuplés, est pointé du doigt dans la contamination par les 239 scientifiques.

Selon les scientifiques, le virus peut se transmettre par de grosses gouttes, ce qui était déjà connu, mais également par de plus petites gouttes capables de traverser une pièce. Cela s'applique en particulier dans les zones surpeuplées avec une mauvaise ventilation. Ils ont noté que le comité est lent et peu enclin à prendre des risques pour mettre à jour ses directives.

Recommande: