15.000 postes bientôt supprimés — Airbus

02 Juillet, 2020, 16:10 | Auteur: Aubrey Nash
  • Airbus va supprimer quelque 15 000 postes, surtout en Europe

Airbus a enfin craché le morceau: ce sera 15 000 suppressions de postes dont 5000 en France pour l'avionneur qui en compte 135 000 à travers le monde.

L'activité dans l'aviation commerciale a chuté de près de 40 % au cours des derniers mois a souligné le groupe basé à Toulouse, alors que l'industrie dans son ensemble est confrontée à une crise sans précédent.

La filiale Stelia, implantée à Rochefort, Mérignac, Méaulte et Saint-Nazaire, doit aussi perdre plusieurs centaines de postes, a précisé M. Knepper, rendant compte de l'information communiquée aux syndicats par la direction du groupe.

Airbus précise que ne sont pas inclus "environ 900 postes résultant d'un besoin identifié avant Covid-19 de restructurer Premium AEROTEC en Allemagne, qui sera désormais mis en œuvre dans le cadre de ce plan d'adaptation global ".

Sur Franceinfo, mercredi, Thierry Baril, le directeur des ressources humaines d'Airbus a annoncé qu'environ 1.500 postes pourraient être sauvés en France. Le plan de retructuration était attendue par les salariés de l'avionneur et de ses filiales.

Airbus a abaissé en avril de plus d'un tiers ses cadences de production pour faire face à un marché du transport aérien qui s'est effondré, a expliqué le président exécutif du groupe, Guillaume Faury.

" Les mesures prises jusqu'à présent par la société nous ont permis d'absorber le choc initial de cette pandémie. Les équipes d'Airbus et leurs aptitudes et compétences nous permettront de poursuivre notre ambition de créer un avenir durable pour l'aérospatiale", ajouté le dirigeant. D'après lui, le dispositif d'activité partielle longue durée (APLD) permettrait de sauver 1 500 emplois, tandis que les investissements dans "l'avion de demain, sobre en carbone " contribueraient à protéger 500 emplois en R & D. Une référence à une composante du plan de soutien à l'aéronautique lancé début juin, à savoir 1,5 milliard d'euros d'aides publiques pour "parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 ", même si cette enveloppe n'est pas réservée uniquement à Airbus.

Ce plan de restructuration qui prévoit des suppressions d'emplois massives devait être présenté mardi après-midi aux syndicats lors d'un comité de groupe extraordinaire. Ils s'adresseront demain aux salariés, avant d'annoncer la suite de leurs actions - excluant pour l'instant toute menace de grève. Pour Dominique Delbouis, coordinateur FO du groupe Airbus, " la ligne rouge est de diminuer ce chiffre qui nous paraît excessif, et de mettre en place toutes les mesures possibles pour ne pas avoir à déplorer le moindre licenciement contraint ".

Recommande: