France: Macron écarte les 110 km/h sur autoroute

30 Juin, 2020, 13:09 | Auteur: Sue Barrett
  • Convention citoyenne pour le climat

Elle est radicale. "Le temps est à l'action", a résumé Emmanuel Macron.

"Emmanuel Macron compte transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum " la totalité des propositions " de la Convention citoyenne pour le climat, " à l'exception de trois d'entre elles ", a-t-il annoncé lundi devant ses 150 membres.

"La transition écologique ne doit pas se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées", a plaidé le chef de l'Etat, expliquant aussi vouloir éviter que les travaux de la convention ne "s'abîment dans une polémique". L'association 40 millions d'automobilistes, opposée aux 80 km/h, est montée au créneau sitôt retenue, dimanche, par la Convention citoyenne pour le climat, la proposition des 110 km/h. Le président de la République s'est également dit prêt à organiser un autre référendum pour réviser la Constitution et "introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique" dans son article 1, comme le demande la Convention.

Le Président a néanmoins acté une poignée de désaccords avec les propositions de la Convention citoyenne: il refuse l'instauration d'une taxe de 4% sur les dividendes, qui "réduirait nos chances d'attirer des investissements supplémentaires"; il ne veut pas non plus revoir le préambule de la Constitution pour y placer l'environnement au-dessus des autres valeurs; et il préfère reporter à plus tard le débat sur la limitation de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes, jugé trop fracturant pour notre société.

Le président de la République a approuvé le principe d'un moratoire sur les nouvelles zones commerciales dans la périphérie des villes ainsi que celui de mesures d'aides pour la rénovation des batiments, parmi les 149 mesures de la Convention sur le climat.

Quinze milliards d'euros en plus, sur deux ans, seront par ailleurs injectés dans la conversion écologique.

"Il y aura d'autres conventions citoyennes sur d'autres sujets", a-t-il conclu et promis. "Vous avez montré qu'il était possible sur un sujet difficile, inflammable même, de créer du consensus" a-t-il dit.

Tout en se félicitant que M. Macron ait "su répondre rapidement", Laurence Tubiana, architecte de l'accord de Paris sur la climat et co-présidente de la gouvernance de la CCC a souligné que "tant que les lois ne seront pas votées, les décrets appliqués, l'exercice ne sera pas achevé", jugeant que le plan de relance serait un "test".

Recommande: