Air France veut supprimer plus de 7 500 postes d’ici fin 2022

30 Juin, 2020, 17:07 | Auteur: Aubrey Nash
  • Une semaine difficile pour Air France qui s'apprête à annoncer des milliers de suppressions d'emplois

Un comité social et économique central (CSEC) est prévu vendredi chez Air France. Pilotes, hôtesses et stewarts et personnels au sol sont concernés.

Le groupe Air France compte supprimer plus de 7 500 postes d'ici à la fin de 2022, dont 6 560 (sur environ 41 000) au sein de la compagnie tricolore et plus de 1 000 au sein de la compagnie régionale Hop!, a appris l'AFP de sources syndicales, mardi 30 juin.

"L'ensemble des signataires s'oppose au fait que les milliards d'euros d'aides au groupe Air France puissent déboucher sur une destruction massive d'emplois dans le groupe Air France, ainsi que sur une déstructuration des périmètres industriels respectifs", écrivent-ils, en demandant à "être reçu (s) de manière collégiale dans les plus brefs délais" par le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith.

Le SNPL, syndicat majoritaire chez les pilotes d'Air France, a validé un accord de RCC prévoyant le départ volontaire d'ici fin 2020 d'un maximum de 403 pilotes, soit près de 10% des effectifs pilotes. Les sites de maintenance de Lille et Morlaix sont menacés. La moitié de ces suppressions devraient être couverte par des départs naturels. Vendredi 3 juillet prochain, ce sera au tour d'Air France-KLM de préciser l'ampleur du plan de restructuration, mais si l'on en croit les autres entreprises qui ont déjà annoncé leurs programmes de réduction des effectifs (10.000 postes supprimés chez Delta, 12.000 chez British Airways, 22.000 chez Lufthansa), cela risque de faire mal à l'emploi. La direction souhaite ouvrir des négociations avec les syndicats du personnel au sol début juillet pour de premiers départs en début d'année 2021.

La compagnie aérienne a souffert de la crise du coronavirus avec un trafic passager quasiment réduit à néant pendant plusieurs semaines. La direction d'Air France n'a pas voulu confirmer les chiffres qui circulent, de 8.000 à 10.000 suppressions de postes. La compagnie a d'ailleurs bénéficié d'un prêt garanti de sept milliards d'euros. Ces "ajustements" seront "nécessaires" "parce que l'activité ne redémarrera pas du jour au lendemain et que les pertes ont été très importantes au cours des derniers mois", avait souligné sur France Inter le ministre de l'Economie.

Recommande: