Macron retient 146 propositions sur 149 — Convention climat

29 Juin, 2020, 16:05 | Auteur: Sue Barrett
  • Emmanuel Macron ce lundi matin

Pour le chef de l'Etat, la "vague verte" de dimanche constitue un "baromètre de l'état d'esprit des Français" et montre que "l'écologie est au cœur de leurs préoccupations", ont rapporté ses proches.

Regardez l'intégralité des discours de la convention citoyenne pour le climat à l'Elysée, et notamment celui du président de la République Après avoir rendu hommage à la qualité du travail des membres de la convention citoyenne, "Votre engagement aussi constant et aussi fort à été une première", Emmanuel Macron s'est engagé à transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum "la totalité des propositions", "à l'exception de trois d'entre elles". "Jamais la transition écologique ne doit se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées".

Certaines propositions seront décidées dès la fin juillet, d'autres intégrées au plan de relance mais la plupart feront l'objet d'un "projet de loi spécifique" multi-mesures en septembre, a-t-il précisé.

Parmi les trois propositions rejetées: celle taxant à hauteur de 4 % les entreprises qui distribuent plus de 10M€ de dividendes annuels parce que cela risquerait selon le chef de l'Etat de "décourager l'investissement". "C'est une des raisons pour lesquelles, je crois qu'il faut reporter le débat sur les 110 kilomètres/heure", a expliqué le chef de l'État.

Concernant une autre mesure proposée par la Convention, un moratoire sur l'accord commercial UE-Canada (Ceta), M. Macron a déclaré: "je vous réponds, continuons à évaluer".

Le chef de l'Etat n'a pas repris non plus la proposition de la Convention de réécrire le préambule de la Constitution en plaçant l'environnement au-dessus de des autres valeurs fondamentales de la République. "Telle que proposée, la rédaction menace de placer la protection de l'environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques", a-t-il commenté.

Emmanuel Macron a approuvé le principe d'un moratoire sur les nouvelles zones commerciales dans la périphérie des villes ainsi que celui de mesures d'aides pour la rénovation des batiments, parmi les 149 mesures de la Convention sur le climat. Une déclaration survenue ce 29 juin pendant son intervention devant les membres de la Convention citoyenne pour la climat.

Macron prêt à recourir au référendum en 2021.

Emmanuel Macron se dit favorable à la modification de l'article 1 de la Constitution proposée par la Convention citoyenne et à l'organisation d'un référendum en 2021.

Il a promis de mettre en place un "fonds de transformation écologique de notre économie dans le plan de relance" pour "investir dans les transports propres, rénover nos bâtiments" et "inventer les industries de demain". Création de nouvelles conventions citoyennesLe Président de la Répubique a aussi souhaité la création de nouvelles conventions citoyennes, "sur d'autres sujets" que le climat, et annoncé la prochaine transformation du Conseil économique social et environnemental (Cese) en "chambre des conventions citoyennes".

"Arrêter la bétonisation, c'est un projet pour rendre notre pays plus humain, au fond plus beau" et pour retrouver des commerces de centre-ville et mettre fin à un étalement des logements, a-t-il insisté, "c'est un modèle dont nos concitoyens veulent sortir".

Recommande: