Général iranien tué en Irak: l'Iran veut poursuivre 36 personnes, dont Trump

29 Juin, 2020, 21:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Général iranien tué en Irak: l'Iran veut poursuivre 36 personnes dont Trump

Le chef de l'Etat et 35 autres Américains sont visés par un mandat d'arrêt après la mort en janvier dernier du général iranien Soleimani, tué par une frappe US.

D'après le procureur de Téhéran Ali Alqasimehr, cité par l'agence de presse officielle Fars, l'aide d'Interpol a été sollicitée afin d'arrêter le président américain. Chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique, ce personnage charismatique a notamment exercé une influence clé dans les tractations politiques depuis 2018 en vue de former un gouvernement en Irak.

En représailles, l'Iran a lancé le 8 janvier des missiles contre des bases militaires irakiennes abritant des Américains, faisant d'importants dégâts matériels, mais sans causer de morts dans les rangs de l'armée américaine, selon Washington. Elle ne constitue pas à proprement parler un mandat d'arrêt international.

La notice rouge d'Interpol, l'organisation de coopération policière internationale, est une demande d'arrestation à des fins d'extradition concernant des personnes recherchées à la suite d'un mandat d'arrêt ou d'une décision judiciaire du pays demandeur. Si cela ne risque pas d'arriver, la notice rouge pourrait limiter la capacité de déplacement de Trump dans des pays alliés de l'Iran et surtout aviver les tensions entre les deux pays.

Le représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, Brian Hook, a de son côté qualifié ce lundi cette initiative de "coup politique" lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre d'État saoudien des affaires étrangères, Adel al-Jubeir. La sollicitation iranienne est une manœuvre "sans rapport avec la sécurité nationale ou la paix internationale", selon lui.

Recommande: