Wirecard, ou le scandale financier allemand qui ne cesse d'enfler

27 Juin, 2020, 14:39 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le patron de Wirecard Markus Braun a jeté l’éponge la semaine dernière après avoir reconnu que des manipulations comptables avaient eu lieu dans son entreprise

Le groupe texan, qui gonflait artificiellement ses profits, masquait ses pertes et falsifiait ses comptes pour améliorer sa valeur boursière, avait fini par faire faillite.

La justice allemande a annoncé mardi l'arrestation de l'ancien président de la société financière Wirecard, impliquée dans un vaste scandale de possibles comptes fictifs aux Philippines.

Le fournisseur allemand de services de paiement Wirecard, aux prises avec un scandale financier, a reconnu que les 1,9 milliard d'euros inscrits à son bilan 'n'existent très probablement pas'.

Wirecard est au départ une startup allemande créée en 1999, ayant au départ servi d'intermédiaire dans des paiements électroniques réalisés au départ pour l'industrie du porno et des jeux en ligne. Alors que le titre rebondit de 20% cet après-midi à Francfort, Markus Braun, qui a démissionné de son poste de directeur général la semaine dernière, s'est rendu à la justice. Il a été en revanche inscrit dans le bilan de l'entreprise dans le but de la rendre plus attractive aux yeux des investisseurs et des clients. Markus Braun s'est livré lui même aux autorités après le lancement d'un mandat d'arrêt à son encontre. L'affaire a des ramifications aux Philippines: c'est là que les 1,9 milliard de fonds étaient censés se trouver sur des comptes appartenant à des banques.

Les enquêteurs soupçonnent aussi M. Braun d'avoir agi avec d'" autres auteurs " au siège de l'entreprise bavaroise.

Le parquet de Munich enquêtait déjà sur l'ensemble du directoire de la fintech depuis début juin, en partant d'informations erronées données au printemps aux investisseurs pour les rassurer sur les risques de fraude.

Mais dans une déclaration transmise à l'hebdomadaire Der Spiegel, il a nié être au courant des "supposées malversations". L'entreprise a en effet reporté sine die la publication de ses résultats 2019.

Enfin, les gestionnaires d'actif DWS, au sein de Deutsche Bank et qui a soldé dernièrement toutes ses positions sur le titre Wirecard, a déjà déclaré son intention de porter plainte contre l'entreprise et sa direction. Divers cabinets d'avocats, dont certains déjà présents aux côtés d'actionnaires floués de Volkswagen au moment du Dieselgate, se mettent déjà en ordre de bataille judiciaire.

Recommande: