Ubisoft entertain : Enquête sur les allégations de harcèlement sexuel

27 Juin, 2020, 03:52 | Auteur: Aubrey Nash
  • Ubisoft répond aux accusations d'harcèlement sexuel contre ses équipes

Mercredi, des témoignages anonymes d'employés ou d'ex-employés d'Ubisoft sont apparus sur Twitter, visant des cadres des studios de Toronto et Montréal, mais aussi au Brésil, en Bulgarie et aux Etats-Unis, et concernant parfois des faits remontant à plusieurs années. Comme ces enquêtes sont en cours, nous ne pouvons pas en dire plus.

L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft a annoncé, dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juin, avoir lancé plusieurs enquêtes internes concernant des accusations de violences et de harcèlement sexuels à l'encontre de certains de ses cadres.

"J'ai fait l'objet de moqueries lorsque je suis allée voir mon patron pour lui parler de mes problèmes", explique l'une d'elles.

Ces derniers jours, un certain nombre de femmes oeuvrant dans l'industrie vidéoludique confient avoir été la cible d'agressions sexuelles, et le phénomène ne serait pas isolé.

"Nous sommes sincèrement désolés". Nous sommes dédiés à créer un environnement sécurisé et inclusif pour nos équipes, nos joueurs et nos communautés. Il apparaît clairement aujourd'hui que nous n'avons pas réussi à atteindre cet objectif. Sur la base des résultats, nous nous engageons pleinement à prendre toutes les mesures disciplinaires appropriées. Par ailleurs, nous avons également amorcé un audit de nos politiques, de nos process et de nos systèmes pour comprendre où nous avons failli, et empêcher, détecter et punir ce type de comportement inapproprié. Contacté par l'AFP, l'entreprise n'était pas en mesure d'indiquer si des personnes avaient été mises à pied.

L'industrie des jeux semble réagir très différemment cette fois-ci, avec des manifestations de soutien, des excuses et des promesses de mieux réguler les plateformes.

Du côté des producteurs, le studio indépendant Techland (Dying Light, Dead Island) a annoncé le même jour mettre fin à sa collaboration avec l'un de ses scénaristes, accusé, dans un long témoignage sur Twitter, d'avoir eu un comportement de "prédateur".

Recommande: