Raoult a-t-il dit la vérité — Assemblée

25 Juin, 2020, 12:56 | Auteur: Jonathan Ford
  • Assemblée: Raoult a-t-il dit la vérit

"Je ne suis pas un prophète, même si je suis barbu". La Commission d'enquête a déjà auditionné le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, et le président du Conseil scientifique, le professeur Jean-François Delfraissy.

"La manière dont ça s'est organisé est totalement archaïque", a-t-il estimé concernant le système des Centres nationaux de référence (CNR).

À partir de 17 heures, le directeur de l'IHU maladies infectieuses de Marseille devrait être interrogé sur son retrait du Conseil scientifique, sur les tests de dépistage et sur les raisons pour lesquelles le bilan de l'IHU marseillais qu'il dirige est meilleur que dans le reste du pays. "On ne peut pas étudier" une maladie nouvelle "si on ne teste pas". J'en ai un à l'IHU, il fait rêver le monde entier, il n'y a que des stars dans leur domaine.

Face aux demandes de précision des députés, le microbiologiste les a notamment renvoyés à la consultation de la base de données Transparence Santé, qui recense les liens d'intérêt entre les entreprises et les acteurs du secteur de la santé.

"Je ne dis pas qu'ils ont été achetés pour ça", a-t-il tempéré, évoquant "un écosystème", des "relations de familiarité" "de nature à changer le jugement des choses".

"La décision du confinement comme celle des masques dans la rue ne reposent pas sur des données scientifiques établies, claires et démontrables", a-t-il argué.

Le chercheur marseillais a par ailleurs regretté que dans cette crise sanitaire, des "décisions médicales" aient été "préemptées par le politique", référence à l'interdiction de prescription de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, sauf dans le cadre des essais cliniques.

"Celui qui a dit qu'on ne pouvait pas l'utiliser, il a fait une faute".

S'il y a eu tant de morts en France, c'est parce que toutes les personnes atteintes du Covid-19 n'ont... Inconnu du grand public il y a quelques mois, ce scientifique qui se présente volontiers comme "anti-système" est devenu omniprésent dans les médias et sur les réseaux sociaux depuis qu'il a proclamé, le 25 février, que l'antipaludéen chloroquine était "probablement le traitement le moins cher et le plus simple pour traiter le coronavirus".

Recommande: