On sait désormais pourquoi le coronavirus fait parfois perdre l'odorat

25 Juin, 2020, 20:17 | Auteur: Jonathan Ford
  • Coronavirus: le mécanisme de la perte d’odorat enfin expliqué Thomas Boisson 23 juin 2020 Médecine & Bio| Ognen Teofilovski

Le Covid-19 fait partie de la même famille que les coronavirus responsables des rhumes, mais s'en éloigne par bien des aspects. Aujourd'hui, après des mois de résultats cliniques rigoureux ou parfois plus anecdotiques, une explication sur les raisons pour lesquelles ce virus provoque parfois une perte de l'odorat chez les personnes qu'il infecte. Or, en règle générale, la perte d'odorat est due à une infection par un virus, qui s'attaque aux voies respiratoires supérieures ou aux sinus. Dans la plupart de ces cas, l'odorat revient lorsque les symptômes disparaissent. Mais avec le Covid, pas de nez bouché...

Fait intéressant, bon nombre de ces personnes ont déclaré que leur nez était dégagé, donc la perte d'odeur ne peut pas être attribuée à un nez bouché. Chez certaines, cette perte s'est prolongée au-delà de leur rétablissement, et plusieurs semaines après elles n'avaient toujours pas retrouvé leur odorat. Toute théorie de l'anosmie dans le COVID-19 doit tenir compte de ces deux modèles. Ce qui ne gêne en rien la respiration chez le patient mais empêche de percevoir les odeurs. Il s'agit du même type de perte d'odorat que celle que l'on subit lorsqu'on utilise un pince-nez. Cette situation est connue sous le nom de " syndrome de la fente olfactive ". Une protéine appelée TMPRSS2 aide ensuite le virus à envahir lesdites cellules. Une fois à l'intérieur de la cellule, le virus peut se répliquer, déclenchant la réponse inflammatoire du système immunitaire.

Graphique montrant l'expression des récepteurs ACE2 à la surface de plusieurs types de cellules.

Ils ont en revanche été détectés à la surface des cellules " sustentaculaires", qui assurent un support structurel à ces neurones. Plus la réponse immunitaire est forte, plus les cellules seraient endommagées. Ce gonflement régresserait après la disparition du virus, permettant un retour à la normale de la perception des odeurs. Les molécules aromatiques pourraient alors à nouveau atteindre leurs récepteurs, et l'odorat se trouverait donc ainsi rétabli.

Reste la question de la persistance de l'anosmie dans certains cas. Cette explication demeure pour le moment théorique, soulignent les auteurs. L'inflammation est la réponse du corps aux dommages et entraîne la libération de substances chimiques qui détruisent les tissus impliqués.

Lorsque l'inflammation est sévère, les cellules à proximité sont elles aussi endommagées, voire détruites, victimes de dommages collatéraux.

La récupération de l'odorat est beaucoup plus lente car les neurones olfactifs ont besoin de temps pour se régénérer à partir de l'apport de cellules souches dans la muqueuse du nez. Mais que peuvent espérer de ces connaissances les personnes qui ont actuellement perdu l'odorat?

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

Recommande: