" "La reprise économique mondiale va " coexister " avec la pandémie, dit le FMI

25 Juin, 2020, 15:41 | Auteur: Aubrey Nash
  • Des Américains attendent de pouvoir se faire tester au nouveau coronavirus le 24 juin 2020 à Miami

Au moment des prévisions d'avril, l'équipe de Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, estimait que l'incertitude ne pouvait conduire qu'à des alternatives plus pessimistes, a-t-elle souligné lors d'un entretien avec l'AFP.

Le FMI a prévenu ce mercredi 24 juin 2020 que cette crise sanitaire " pas comme les autres", non seulement était bien pire que prévu, mais que la reprise serait plus lente qu'espéré.

"Le développement d'un vaccin sûr et efficace pourrait soutenir le sentiment général et accroître la croissance en 2021, même si la production de vaccins n'augmente pas suffisamment vite pour assurer une immunité collective d'ici la fin 2021", ajoute le FMI.

"La pandémie de Covid-19 a eu un impact plus négatif sur l'activité pendant la première moitié de 2020 qu'anticipé et la reprise se dessine de façon plus graduelle que prévu auparavant", explique l'institution de Washington.

En outre, prévient-il, "la reprise devrait être plus progressive que prévu". Et pour 2021, il a abaissé sa prévision de croissance mondiale à 5,4% contre 5,8% attendu au printemps.

C'est environ 6,5 points de pourcentage en moins que dans les projections de janvier avant la propagation du virus dans le monde.

Le FMI est particulièrement inquiet de l'impact négatif sur les plus vulnérables, qui "met en péril les progrès significatifs accomplis dans la réduction de l'extrême pauvreté dans le monde depuis les années 1990". Mais elle a répété que les projections seront moins bonnes que celles publiées en avril.

Au contraire, "de nouvelles vagues d'infections peuvent freiner" la reprise "et resserrer rapidement les conditions financières, provoquant un surendettement", a résumé Gita Gopinath.

Dans les économies où les taux d'infection diminuent, la reprise est actuellement plus longue en raison de la persistance de la distanciation physique au second semestre. Certains secteurs comme les ventes au détail rebondissent quand d'autres comme les services "à forte intensité de contacts, l'hôtellerie, les voyages et le tourisme, restent déprimés", constate-t-elle.

Ces révisions concernent notamment les économies développées. Cette récession fait suite aux mesures de confinement pour endiguer la pandémie de Covid-19.

En effet, l'ampleur du récent rebond des marchés financiers soulève des interrogations tant elle semble "déconnectée" des changements dans les perspectives économiques.

Recommande: