L’OMS change d’avis sur la Chloroquine — Coronavirus

04 Juin, 2020, 13:06 | Auteur: Jonathan Ford
  • Suspension des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine: L'OMS fait machine arrière

Les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine vont pouvoir reprendre.

Rappelons que le 25 mai dernier, l'OMS avait annoncé la suspension des essais portant sur la Chloroquine suite à la publication d'une étude américaine la jugeant " dangereuse pour la santé ". L'étude en cause conclut que l'hydroxychloroquine n'est pas bénéfique aux malades de la Covid-19 hospitalisés et peut même être néfaste. L'étude en question, dite "observationnelle" (l'analyse des dossiers médicaux de 96 000 patients dans le monde), concluait à l'inefficacité de la molécule et constatait par ailleurs une hausse de la mortalité et une augmentation des arythmies cardiaques associées à l'usage de ce traitement.

Mais, rapidement, des critiques avaient émergé suite à la publication de ces conclusions.

Bien qu'un audit indépendant de la provenance et de la validité des données ait été commandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere et qu'il soit en cours, avec des résultats attendus très prochainement, The Lancet a publié une expression préoccupante pour alerter les lecteurs sur le fait que de graves questions scientifiques ont été portées à leur attention. "Nous mettrons cet avis à jour dès que nous aurons de plus amples informations ". Sur Twitter, l'infectiologue marseillais s'est amusé du revirement de la revue scientifique: "Les Pieds nickelés font de la science ".

Ces deux remises en doute s'inscrivent en réaction à une lettre ouverte signée par une douzaine de scientifiques et membres du corps médical (dont un collègue de Didier Raoult, professeur à l'IHU de Marseille). Cette étude jugeait inefficace le recours à ce médicament, rapporte France 24. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait saisi le Haut conseil de la santé publique. La France avait décidé d'abroger les dispositions dérogatoires qui autorisaient jusqu'alors la prescription de ce traitement en milieu hospitalier.

Recommande: