George Floyd : Donald Trump menace les manifestants

31 Mai, 2020, 13:52 | Auteur: Sue Barrett
  • Ayesha Curry s'en est pris à Donald Trump sur Twitter

La situation est extrêmement tendue aux États-Unis, principalement dans la ville de Minneapolis, où George Floyd, un noir américain est mort après une interpellation musclée des forces de l'ordre.

Twitter a masqué vendredi un tweet de Donald Trump, estimant qu'il faisait "l'apologie de la violence". Un manque total de leadership. "Je viens de parler au gouverneur Tim Walz et lui ai dit que l'armée était pleinement à ses côtés (.) Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles", a écrit le président américain. Cela permet aussi bien à un particulier de commenter n'importe quel blog, qu'à Facebook ou Twitter de se protéger des propos tenus par des tiers sur leurs réseaux sociaux.

"Quand les pillages commenceront, les fusillades aussi", a menacé le président des États-Unis dans une nouvelle série de commentaires controversés sur Twitter.

Dans la foulée, Donald Trump a accusé Twitter de vouloir manipuler l'élection présidentielle de novembre prochain.

Pour rappel, le président Américain a signé jeudi dernier un décret visant à limiter les réseaux sociaux cherchant ainsi à sanctionner les plateformes internet qui pourraient perdre l'immunité les protégeant contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par les internautes. Mardi 26 mai 2020, Twitter a signalé deux tweets présidentiels spécifiant qu'ils avançaient des contre-vérités relatives à la fiabilité du vote à distance avant de se lancer dans une explication de texte ce jeudi: " Nous avons ajouté une étiquette [mention Vérifiez les faits] à deux @realDonaldTrump Tweets sur les plans de vote par correspondance de la Californie dans le cadre de nos efforts pour appliquer notre politique d'intégrité civique. Depuis plusieurs mois déjà, il les accuse de faire "taire les voix des conservateurs".

Ces VOYOUS ne font pas honneur à la mémoire de George Floyd, et je ne peux pas l'accepter. Le tweet est du coup caché par défaut, et il est impossible de le commenter, de le " liker " ou de le retweeter sans commentaire.

Une pratique de plus en plus courante pour les tweets à caractère trompeur ou dangereux, mais une première pour Donald Trump. Les tweets programmés seront visibles et éditables dans le menu "Tweets non-envoyés". Le réseau social continue toutefois de l'afficher, estimant que " sa disponibilité peut présenter un intérêt pour le public ".

Le réseau social a décidé ce vendredi de masquer par défaut un message du milliardaire américain en le signalant pour "glorification de la violence". "Twitter ne raconte que des conneries, de plus en plus de gens commencent à s'en rendre compte", a-t-il tweeté.

Recommande: