Coup de filet en France et en Belgique, 26 arrestations — Camion charnier

30 Mai, 2020, 19:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Dans le port belge de Zeebrugge le 24 octobre 2019

Les 13 personnes arrêtées en France ont été mises en examen.

Au-delà de l'actuelle crise du Covid-19, d'autres actualités méritent notre attention ce mercredi: le coup de filet en France et en Belgique dans l'enquête sur la mort de 39 migrants vietnamiens dans un camion frigorifique en Angleterre, avec 26 arrestations; la condamnation en appel des époux Balkany et la menace de Donald Trump de "fermer" les réseaux sociaux.

"Les treize individus interpellés et placés en garde à vue en France sont suspectés de participer à une organisation criminelle logeant et transportant quotidiennement plusieurs dizaines de migrants venant d'Asie du Sud-Est, et plus particulièrement du Vietnam, depuis plusieurs mois", a précisé le parquet de Paris Les personnes gardées à vue sont là aussi soupçonnées de participation à un vaste trafic d'êtres humains entre la France, la Belgique et le Royaume-Uni. En France, le parquet de Paris a annoncé conjointement l'interpellation en Île-de-France de treize personnes, dont la nationalité n'est pas précisée. Deux autres personnes, inculpées des mêmes chefs, ont été remises en liberté. Cette filière est "suspectée d'avoir rendu possible" le transport des 39 migrants découverts morts le 23 octobre par la police britannique dans une zone industrielle à Grays (Essex).

Selon plusieurs sources proches de l'enquête, un homme soupçonné d'être un organisateur du réseau de trafic de migrants a par ailleurs été interpellé mercredi en Allemagne, dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen émis par la France.

Une source proche du dossier en France a par ailleurs indiqué à l'AFP que les victimes - 31 hommes et huit femmes, tous Vietnamiens - avaient embarqué dans le conteneur dans le nord de la France avant le transit par Zeebruges.

Du fait de sa situation géographique, la Belgique est souvent utilisée comme base arrière par les trafiquants cherchant à monnayer le passage de clandestins vers la Grande-Bretagne, considérée comme un eldorado, notamment pour la flexibilité de son marché du travail.

Ce drame, au retentissement international, a mis en lumière les dangers de l'immigration clandestine, avec des trafiquants sans scrupules profitant de la vulnérabilité de candidats promis à des petits boulots parfois dans un état de semi-esclavage à leur lieu de destination. "Maman, papa, je vous aime très fort. Je meurs, je ne peux plus respirer ", avait écrit My.

Le réseau a continué à œuvrer après le drame, ainsi que pendant le confinement. Pendant cette période, les trafiquants se sont adaptés en aménageant les cabines des camions pour y dissimuler les migrants, à raison de trois ou quatre par voyage. Selon la source judiciaire, les migrants devaient payer entre 20 000 et 25 000 euros pour rejoindre le Royaume-Uni, et jusqu'à 35 000 euros pour l'ensemble du voyage depuis le Vietnam.

Le mois dernier, une arrestation avait déjà eu lieu en Irlande: celle du présumé organisateur de la rotation des chauffeurs participant au trafic. Plusieurs personnes avaient déjà été interpellées en Irlande du Nord au début de l'enquête, et le chauffeur du camion avait été inculpé pour homicides involontaires.

Recommande: