Coronavirus: l'Agence du médicament veut "suspendre" les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine

27 Mai, 2020, 12:21 | Auteur: Jonathan Ford
  • Un contenant d'hydroxychloroquine et des cachets du médicament

L'ANSM a alors annoncé avoir "lancé" la procédure de suspension de l'inclusion de nouveaux patients dans les essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine dans le traitement de la Covid-19. Environ 15 000 d'entre eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81 000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.

"Dans un avis publié ce mardi, le " groupe de travail multidisciplinaire " de l'instance relève les " effets secondaires potentiellement graves, en particulier cardiovasculaires, en lien avec l'utilisation de ce médicament ".

En réaction à l'étude menée par "The Lancet" sur la chloroquine, le Pr Didier Raoult dénonce une étude "foireuse faite avec les big data".

Cela lui vaut autant de partisans chez le grand public et certains politiques que de détracteurs dans la communauté scientifique.

Et c'était fidèle à cette ligne directrice; la relance rapide de l'économie; que le président brésilien comme son homologue américain, Donald Trump, s'était tout de suite fait l'ardent défenseur et promoteur de la chloroquine comme procédé thérapeutique contre la Covid- 19.

Les chercheurs ont averti que l'hydroxychloroquine ne devait pas être utilisée en dehors des essais cliniques.

L'ANSM précise que cette suspension prendra effet après un délai de 24 heures de procédure contradictoire auprès des organisateurs des 16 essais autorisés en France portant sur cette molécule. Seize ont été autorisés en France pour évaluer l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid. Son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué qu'il suspendait "temporairement" les essais cliniques incluant l'hydroxychloroquine dans le cadre de l'essai Solidarity. "Je tiens à réitérer que ces médicaments sont acceptés comme généralement sans danger pour les patients atteints de maladies auto-immunes ou de paludisme ", a dit le Dr. Tedros.

Recommande: