Didier Raoult s’attaque à l’étude qui remet en cause son efficacité — Chloroquine

26 Mai, 2020, 11:37 | Auteur: Sue Barrett
  • Etude sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine: Le Pr Didier Raoult contre-attaque

" A Marseille ils ont fait du dépistage de gens pour savoir s'ils avaient le Covid-19, ceux qui l'avaient ont été traités, mais c'était des personnes jeunes en bonne santé, le taux de mortalité était plus faible car ils n'étaient pas malades".

"Je ne sais pas si ailleurs l'hydroxychloroquine tue, mais ici elle sauve beaucoup de gens", assure le professeur marseillais.

Il faut faire la différence entre le travail réel, les analyses est études faites au quotidien à partir de cas réels, et un travail fait sur le base de la Big-data sans contact direct avec les malades. Cette dernière se penchait sur l'efficacité de la chloroquine ou de l'hydroxychloroquine face au coronavirus.

Dans une nouvelle vidéo sur le compte Youtube de l'IHU Méditerranée-Infection, Didier Raoult a réagi ce lundi 25 mai à cette étude qu'il juge "foireuse". "Les querelles scientifiques, politiques, publicitaires, tout ça a un temps, le temps fait le tri, on n'est pas très inquiets", confie-t-il dans cette séquence.

"Je ne vais pas changer d'avis parce qu'il y a une publication qui raconte autre chose, quel que soit le journal dans lequel il passe", a poursuivi l'infectiologue. " lance-t-il, précisant que 10 000 électrocardiogrammes ont été faits dans son service. C'est sûr que si on prend trop d'hydroxychloroquine, on peut se suicider avec, comme avec le Doliprane, qui est en réalité plus dangereux que l'hydroxychloroquine, et qui est la première cause d'intoxication dans les pays modernes." entame le directeur de l'IHU.

Le professeur Raoult se dit " serein sur ce [qu'il] a fait. "Nous ne sommes pas en mesure de confirmer un bénéfice de l'hydroxychloroquine ou de la chloroquine, utilisés seuls ou en dissociation avec un macrolide, sur le pronostic des malades de Covid-19 hospitalisés." expliquent les auteurs, tout en soulignant que des études encore plus poussées sont en cours.

En rappel, des études chinoise et française avaient récemment tenté de prouver que l'HCQ ne réduisait pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Recommande: