Vers des règles plus strictes de prescription — Chloroquine

23 Mai, 2020, 17:24 | Auteur: Jonathan Ford
  • L'hydroxychloroquine est actuellement testée dans plusieurs essais cliniques dont l'essai européen Discovery

Le Dr Stephen Griffin, professeur agrégé à l'école de médecine de l'Université de Leeds, a déclaré que le document était "potentiellement une étude historique pour la thérapie Covid-19".

L'hypothèse d'une action de ces molécules contre le nouveau coronavirus vient du fait que leurs propriétés antivirales ont montré in vitro ou sur des animaux et sur différents virus, des résultats parfois positifs.

Quelques études ont aussi récemment jeté un doute sur l'utilité de l'hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, en plus de mettre en relief les dangers qui y sont associés, mais d'autres études se poursuivent malgré tout. Le plus haut standard étant les études en double aveugle, où ni l'équipe médicale ni le patient ne savent quel traitement reçoit ce dernier.

La plupart de ces études sont, qui plus est, menées sur un nombre restreint de patients. Plusieurs petites études en Europe et en Chine ont suscité un intérêt pour l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre COVID-19, mais ont été critiquées pour leur manque de rigueur scientifique. Depuis sa présentation par le Pr. Didier Raoult, dans les premiers temps de l'épidémie, comme un remède miracle, l'hydroxychloroquine fait couler beaucoup d'encre. Pour lui, l'urgence sanitaire justifie que l'on donne largement ce médicament. 10 698 (11,1%) des patients sont décédés à l'hôpital. Ils auraient donc, comme la plupart des patients, pu guérir spontanément. L'étude publiée dans The Lancet est dite rétrospective.

Suite à la publication dans @TheLancet d'une étude alertant sur l'inefficacité et les risques de certains traitements du #COVIDー19 dont l'hydroxychloroquine, j'ai saisi le @HCSP_fr pour qu'il l'analyse et me propose sous 48h une révision des règles dérogatoires de prescription.

Les chercheurs de Harvard et de Zurich ont procédé à une évaluation d'une étude d'observation de 96'000 patients atteints du Covid-19 dans 671 hôpitaux du monde entier.

Des effets secondaires graves. De nombreux scientifiques ainsi que l'Agence française du médicament, et à La Réunion l'ARS, mettent en garde contre les effets indésirables de la chloroquine et le manque d'études à ce sujet. En attendant, nous suggérons que ces médicaments ne devraient pas être utilisés comme traitements pour Covid-19 en dehors des essais cliniques. "Une réponse définitive attend toujours les résultats des essais randomisés, mais il est clair que les médicaments ne doivent pas être administrés pour le traitement de Covid-19 autrement que dans le cadre d'un essai randomisé". Ils ont aussi découvert de sérieuses arythmies cardiaques graves plus fréquentes chez les patients recevant chloroquine ou hydroxychloroquine, surtout avec la combinaison hydroxycholroquine/macrolide (8 % des malades contre 0,3 % dans le groupe témoin). "Chacun de ces schémas thérapeutiques était associé à une diminution de la survie à l'hôpital et à une fréquence accrue des arythmies ventriculaires lorsqu'il était utilisé pour le traitement de covid-19", ajoutent-ils. Elle est utilisée aussi au Tchad, en Syrie, Algérie, au Maroc. L'hydroxychloroquine est actuellement testée dans plusieurs essais cliniques, dont l'essai européen Discovery.

Recommande: