La Chine triomphe mais renonce à fixer un cap à l’économie — Virus

22 Mai, 2020, 13:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Des Chinois se rendent au travail le 22 mai 2020 à Pékin

Des Chinois se rendent au travail, le 22 mai 2020 à Pékin.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a célébré ce vendredi "une réussite stratégique majeure" dans le combat mené par son pays contre le coronavirus, apparu fin 2019 à Wuhan, dans le centre du pays.

La Chine a largement jugulé l'épidémie sur son territoire et les restrictions de déplacement sont progressivement levées.

"Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une Grande muraille de solidarité", s'est félicité Li Kegiang dans un discours solennel à l'ouverture de la session annuelle du parlement.

"C'est l'incompétence de la Chine, et rien d'autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale", avait tonné mercredi le président américain Donald Trump.

Pour Li Keqiang, le succès remporté contre l'épidémie "s'est payé d'un prix élevé".

"La pression sur l'emploi a fortement augmenté", a-t-il admis.

Signe de l'incertitude à laquelle le pays est confronté, M. Li s'est abstenu de fixer un objectif de croissance pour l'année en cours - encore une première dans l'histoire récente. "Notre pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir". Le pays va laisser filer son déficit cette année à 3,6% du PIB (contre 2,8% l'an dernier) mettant ainsi un frein à sa politique de désendettement pour soutenir une économie en souffrance.

Le Premier ministre a donc annoncé l'émission d'un emprunt d'État pour un montant de 1 000 milliards de yuans [soit 128,5 milliards d'euros], auquel s'ajoute un vaste plan d'investissement de 3 750 milliards de yuans (481,8 milliards d'euros).

Si le pays n'a pas d'objectif de croissance, il prévoit tout de même d'accroître ses dépenses militaires de 6,6% cette année, a annoncé le ministère des Finances.

L'opposition démocratique hongkongaise a vivement réagi ainsi que les Etats-Unis, qui ont mis en garde Pékin contre une loi "très déstabilisatrice". Une manière pour Pékin de contourner un vieux problème, puisque le Parlement Hongkongais n'avait jamais adopté une telle loi, la population y voyant une menace pour ses droits.

Recommande: