Fuite de Carlos Ghosn : deux complices présumés vont comparaître

21 Mai, 2020, 00:28 | Auteur: Aubrey Nash
  • Les deux hommes auraient aidé Carlos Ghosn à se dissimuler dans une grande caisse noire qu'ils ont ensuite embarquée à bord d'un jet priv

Michael Taylor, ancien membre des Bérets verts, les forces spéciales américaines, et son fils Peter Taylor, faisaient l'objet d'une demande d'extradition émise par la justice japonaise pour leur rôle dans l'exfiltration de Ghosn le 29 décembre 2019.

Michael Taylor, 59 ans, un ancien membre des forces spéciales américaines reconverti dans la sécurité privée, et Peter Taylor, 27 ans, ont été arrêtés au petit matin à Harvard, dans le Massachusetts, a indiqué à l'AFP le ministère américain de la Justice.

Peter Taylor a été arrêté à Boston alors qu'il s'apprêtait à partir pour le Liban, où s'est réfugié l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan, et qui n'a pas de traité d'extradition avec le Japon, ont-ils souligné. Selon les procureurs, ils présentent un "grand risque de fuite" et doivent rester en détention en attendant que le Japon adresse formellement sa requête d'extradition.

Interpellé en novembre 2018, Carlos Ghosn avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d'incarcération, et assigné à domicile avant de prendre la fuite. Dans une conférence de presse depuis Beyrouth, il a ensuite assuré ne pas avoir eu "d'autres choix" que de fuir des accusations "sans fondements". Interrogé à plusieurs reprises sur les conditions de sa fuite, M. Ghosn a refusé de livrer les détails, mais les documents judiciaires américains précisent le contour de l'expédition.

A l'intérieur de la chambre 4609 du Star Gate Hotel, Carlos Ghosn s'était caché dans l'une de ces malles habituellement utilisées pour le transport de matériel audio. Il est toujours sous le coup de nombreux mandats d'arrêt internationaux. Sur les caméras, seuls Michael Taylor et George-Antoine Zayek en repartiront avec les lourdes caisses.

Dans cette affaire complexe, la justice turque a également finalisé l'acte d'accusation contre quatre pilotes, Okan Kosemen et deux hôtesses de l'air. Les trois hommes avaient ensuite voyagé jusqu'à Osaka en shinkansen - le TGV japonais- pour se rendre dans un hôtel proche de l'aéroport international de la ville où les deux barbouzes avaient réservé une chambre plus tôt dans la matinée peu après avoir débarqué au Japon dans jet privé en provenance de Dubaï. Tous les trois sont accusés d'avoir violé les lois japonaises sur l'immigration en aidant Carlos Ghosn à quitter le pays.

Recommande: