Coronavirus: l'hydroxychloroquine n'est pas efficace, selon deux études

17 Mai, 2020, 07:50 | Auteur: Jonathan Ford
  • Covid-19: l'hydroxychloroquine jugé inefficace après deux nouvelle études

L'Institut national américain de la santé (NIH) a annoncé jeudi le lancement d'une étude sur l'efficacité potentielle d'un traitement combinant l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, un antibiotique, défendu depuis des semaines en France par le professeur Didier Raoult en dépit de données cliniques incomplètes.

"Considérés dans leur ensemble, ces résultats ne plaident pas pour une utilisation de l'hydroxychloroquine comme un traitement de routine pour les patients atteints du Covid-19", estime la revue médicale britannique BMJ. La première, menée par des chercheurs français, porte sur 181 patients adultes admis à l'hôpital avec une pneumonie due au Covid-19 qui nécessitait qu'on leur administre de l'oxygène.

La première étude, menée par des chercheurs français, conclut que ce dérivé de l'antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19. L'objectif était de quantifier le nombre de malades décédant ou nécessitant une prise en charge en service de réanimation en fonction des deux groupes. 84 de ces patients ont reçu de l'hydroxychloroquine quotidiennement moins de deux jours après leur hospitalisation, contrairement aux 97 autres. Les résultats ont montré que l'administration de ce traitement ne changeait rien.

"L'hydroxychloroquine a bénéficié d'une attention planétaire comme traitement potentiel contre le COVID-19 en raison des résultats obtenus à partir de petites études".

Que les patients aient été traités ou non avec cette molécule, cela n'a rien changé, ni pour les transferts en réanimation (76% des malades traités à l'hydroxychloroquine étaient en réanimation au bout du 21ème jour, contre 75% dans l'autre groupe de patients), ni pour la mortalité (le taux de survie au 21ème jour était respectivement de 89% et 91%).

En ce qui concerne la seconde étude, 150 adultes hospitalisé·es ayant contracté une forme "légère" ou "modérée" du Covid-19 ont été étudié·es. 50% d'entre eux s'est vu administrer de l'hydroxychloroquine tandis que l'autre non. Mais ces dernières semaines, plusieurs études ont mis en doute l'efficacité de cette molécule dans le traitement du Covid-19 et les autorités sanitaires de plusieurs pays ont mis en garde contre le risque d'effets indésirables, notamment cardiaques.

Le résultat est sans appel: que les patients reçoivent de l'hydroxychloroquine ou non, les conséquences sont similaires. Il s'avère en outre que 30 % des malades auraient souffert d'effets indésirables, contre 9 % chez les patients qui n'avaient pas pris le traitement.

Recommande: