Coronavirus : grâce à nos smartphones, Google va mesurer les effets du confinement

03 Avril, 2020, 19:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Google utilise votre géolocalisation pour mesurer l'efficacité du confinement

Les données de géolocalisation sont rendues publiques pour plus de 130 pays.

Si l'initiative va aider les pouvoirs publics à mieux lutter contre le coronavirus, elle interroge également le pouvoir de surveillance des autorités. C'est le bilan sans surprise du confinement en France, selon des données publiées par Google (fichier pdf) vendredi 3 avril.

Une fréquentation en chute libre dans les lieux publics et les commerces.

En France, la fréquentation des lieux de divertissement a chuté de 88%, celle des commerces alimentaires de 72% et celle des parcs et jardins de 82%.

Disponibles pour la majorité des pays (sauf la Chine où les activité de la firme sont très restreintes), ces rapports montrent une hausse de la fréquentation de certains lieux (et inversement, une baisse drastique dans d'autres), comme les magasins de vente au détail, les épiceries et les pharmacies, les parcs, les transports en commun, les lieux de travail et les résidences.

Du point de vue des gouvernements, ces données représentent en effet une ressource essentielle pour évaluer l'efficacité des mesures prises, et les adapter. Or Google est le mieux placé pour fournir des données pertinentes: dans le monde, plus d'un milliard d'individus utilisent Google Maps pour se déplacer.

Les défenseurs des libertés individuelles en ligne y voient un risque d'ordre démocratique: donner l'accès à de telles informations, c'est ouvrir la voie vers la surveillance en ligne et le traçage des individus par les autorités.

"Ces rapports ont été développés pour être utiles tout en respectant nos strictes protocoles et politiques de confidentialité", déclarent sur un blog de l'entreprise Jen Fitzpatrick, vice-présidente des produits géographiques dont fait partie Google Maps, et le Dr. Karen DeSalvo, médecin en chef de Google Health. Google présente les variations globales, puis région par région. " Aucune information personnellement identifiable, comme l'emplacement, les contacts ou les mouvements d'une personne, n'est mise à disposition, à aucun moment ", affirme le géant dans son rapport.

Le rapport pour la Belgique ou celui de la Suisse sont très proches, confinement oblige.

Recommande: