Trump: une "grave récession" pourrait faire plus de victimes que le coronavirus

27 Mars, 2020, 07:35 | Auteur: Jonathan Ford
  • AFP  B. Smailowski

Les sénateurs républicains, démocrates et la Maison Blanche sont engagés dans des discussions pour parvenir à un accord sur ce gigantesque plan de relance qui pourrait mobiliser près de 2.000 milliards de dollars, alors que la première économie mondiale est probablement déjà entrée en récession. Lundi, il a encore vanté les mérites de ce médicament, dont les effets sur le Covid-19 n'ont pas encore été approuvés par la communauté scientifique internationale, mais qui pourrait selon lui "vraiment changer la donne".

Ce mardi 24 mars, Donald Trump a encore répété qu'il était impatient d'en finir avec les mesures de confinement qui frappent l'économie du pays et annoncé qu'il tablait sur la mi-avril pour que les États-Unis se relancent à plein moteur. "Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie".

"Notre population veut retourner au travail", a déclaré un peu plus tôt dans la journée le président américain sur Twitter, ajoutant que les gens "pratiqueraient la distanciation sociale", et que les personnes âgées seraient "surveillées de manière aimante et protectrice".

"Votez sur ce maudit texte".

Dimanche, puis lundi, les sénateurs démocrates ont rejeté des motions qui auraient permis un vote rapide sur le plan de relance, arguant que ce dernier était encore en négociations.

Les mesures incluent des aides directes versées aux Américains, des prêts pour les petites entreprises et pour les poids lourds de l'économie, dont le secteur aérien, ainsi que plus de moyens pour les hôpitaux américains, a-t-il énuméré.

Le chef de la minorité démocrate au Sénat Chuck Schume, a affirmé, dans la matinée également, que les derniers obstacles à l'accord pourraient être surmontés "dans les prochaines heures".

Lorsqu'il aura été voté au Sénat, le plan de relance devra encore être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant de pouvoir être promulgué par le président républicain.

Donald Trump n'est pas le seul dirigeant a évoqué cette probabilité même si les autres jouent plus la carte de la prudence. " ", a-t-elle déclaré à NBC News. "J'ai dit +je ne signe pas cela+".

Mais elle a semblé ouverte à faire approuver à la Chambre le texte qui serait adopté au Sénat, s'il était fruit d'un consensus et incluait les grandes priorités des démocrates. Le nouveau coronavirus a entraîné la mort de 600 personnes, avec près de 50'000 cas officiellement déclarés, selon le comptage de l'université John Hopkins.

Recommande: