Disparition de Michel Hidalgo - Alain Giresse : " Je suis très touché "

27 Mars, 2020, 00:20 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Football. Michel Hidalgo est mort

Michel Hidalgo s'est éteint chez lui à Marseille, entouré de sa femme Monique et de ses amis. Et deux ans plus tard, il place la sélection française sur le toit de l'Europe avec une victoire en finale à domicile contre l'Espagne (2-0). Après plusieurs péripéties, une tentative d'enlèvement et une élimination au premier tour du tournoi, Michel Hidalgo poursuit sa politique intensive pour mener l'EDF vers les sommets. Ce que je retiens avant tout de Michel, c'est ça: "il nous a toujours fait confiance", a indiqué le triple Ballon d'Or pour L'Equipe. Anciens joueurs, dirigeants, clubs, le football français a salué la mémoire du premier entraîneur à avoir remporté un titre international avec les Bleus. A la tête d'une génération dorée, Michel Hidalgo avait bâti une équipe tournée vers la création et le beau jeu s'appuyant sur le carré magique formé par Michel Platini, Alain Giresse, Jean Tigana et Bernard Genghini.

Il lui a fallu huit ans à la tête des Bleus, le plus long bail avec Deschamps, pour arriver au sommet, la qualifiant d'abord pour la Coupe de monde 1978, après douze ans d'absence de l'élite. Mais le mythe selon lequel, c'était moi ou un autre qui faisaient l'équipe est complètement faux. "Et tant pis si je passe pour un poète ou un ringard!", souriait-il. Son père était ouvrier à la SMN, la Société métallurgique de Normandie. Après avoir fait ses armes au Havre, il avait signé à Reims, où il a été coaché par son mentor Albert Batteux.

Jusqu'au bout, Michel Hidalgo est resté un apôtre du jeu offensif, à l'image du rapport de six propositions qu'il remit à la LFP en 2006, visant à augmenter le nombre de buts dans le Championnat de France, en donnant par exemple deux points à chaque équipe en cas de match nul avec des buts. Il est également sélectionné une fois en équipe nationale, en 1962.

Après son triomphe lors de l'Euro 1984, Michel Hidalgo a quitté son poste de sélectionneur. Il est ensuite devenu manager général de l'OM de Bernard Tapie jusqu'en 1991.

Mais sa légende, il l'a écrite avec le maillot au coq. C'était un homme d'une grande et belle humanité, une personnalité rare que j'ai eu le plaisir de connaître. "Quand il perd, c'est Louis XVI, la guillotine".

Recommande: