La Fifa salue le report, "priorité" à la santé — JO

25 Mars, 2020, 16:38 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Gianni Infantino évoque la possibilité de

La Coupe du monde des clubs et la Coupe du monde sont la seule source de revenus pour la majorité des Fédérations, explique-t-il. Sans elles, dans plus d'une centaine de pays, il n'y aurait pas de championnats, de secteurs jeunes, de football féminin, de terrains.

"La FIFA et son président, Gianni Infantino ont participé activement depuis le tout début à la diffusion du message contre cette pandémie", a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, lors du lancement virtuel de la campagne au siège de l'OMS à Genève en Suisse. "La FIFA s'est associée à l'OMS, car la santé passe avant tout".

"Les dirigeants doivent se préparer au meilleur mais aussi au pire, alerte Infantino".

"Nous avons besoin d'une évaluation de l'impact économique global", avance le dirigeant suprême du football. Des paroles en l'air, évidemment, prononcées par un homme plus occupé à démolir les tournois internationaux les plus prestigieux pour remplir les caisses qu'à se soucier de la santé des joueurs. A ses yeux, les championnats majeurs redémarreront lorsque ce sera possible " sans mettre en danger la santé de qui que ce soit ". Rien ne dit que ce sera en avril ou en mai. "On ne sait pas quand on va revenir à la normalité, pose-t-il".

Face à ce calendrier bousculé, le président de la FIFA ouvre la voie à une réflexion plus profonde: "On peut peut-être réformer le football en faisant un pas en arrière". Moins de matchs pour protéger la santé des joueurs, mais des rencontres plus compétitives. "Ce n'est pas de la science-fiction, parlons-en", propose Infantino. Il souhaite que le football change après la crise actuelle que le monde traverse. Sans parler des projets de réforme très controversés de la Ligue des Champions par l'UEFA... On décidera bientôt si la première édition aura lien en 2021, 2022 ou au maximum 2023.

Le président de la FIFA estime que le football devra attendre que la situation s'améliore avant de reprendre. Tout le monde va en bénéficier. "On verra ce qu'ils diront dans 30 ans". Nous devrons tous faire des sacrifices. "Tout le monde sera prêt à faire un pas en arrière comme nous, j'en suis certain".

Le football risque d'être fortement touché économiquement par la suspension des compétitions.

Recommande: