La Fed annonce des achats illimités d'obligations et l'aide directe aux entreprises

25 Mars, 2020, 20:11 | Auteur: Aubrey Nash
  • États-Unis : La Fed annonce de nouvelles mesures pour les entreprises et les ménages

Alors que la devise européenne évoluait à un niveau proche de celui de vendredi soir face au billet vert, la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé une série de mesures permettant à un large éventail d'entreprises d'accéder à de l'argent frais pour survivre aux "graves bouleversements" économiques provoqués par le nouveau coronavirus. Milan reculait de 0,27% et Madrid de 0,36%.

Le dollar s'est lui affaibli après que la Banque centrale américaine a sorti un "nouveau bazooka par surprise", a expliqué à l'AFP Jameel Ahmad, analyste pour FXTM.

La Fed va acheter des emprunts du Trésor et des titres adossés à des créances commerciales (MBS) "dans les montants nécessaires pour faciliter le bon fonctionnement des marchés et la transmission efficace de la politique monétaire pour assouplir les conditions financières ", a indiqué l'institut d'émission dans un communiqué.

Elle prévoit entre autres de nouveaux programmes de crédits de 300 milliards de dollars dédiés aux entreprises et aux ménages.

La Fed a aussi promis de mettre "bientôt en place un programme de prêts aux petites et moyennes entreprises", qui constituent l'essentiel du tissu économique américain, ainsi qu'aux collectivités locales.

Résultat vers 13H40 (11H20 GMT), Paris réduisait grandement ses pertes (-0,69%) après être brièvement passé dans le vert.

Les cas de contamination ont flambé dimanche en Europe, en particulier en Italie où la situation tourne à la tragédie, et aux Etats-Unis où l'inquiétude monte avec des hôpitaux qui risquent d'être rapidement débordés.

L'euro progressait face au dollar lundi, aidé par l'annonce de nouvelles mesures par la Réserve fédérale américaine (Fed), tandis que la livre plongeait à nouveau.

Et la série d'avertissements sur résultats ou de mesures d'économies drastiques, comme à Paris pour TF1, Saint-Gobain, Airbus, Vinci, Total, Kering, est venu en témoigner ce matin. "Le premier semestre va être un des pires semestres de l'histoire économique du XXIe siècle", a prévenu Alexandre Baradez.

"Toute estimation chiffrée reste un exercice à la précision hautement aléatoire à ce stade" et "certaines statistiques économiques attendues dès cette semaine, comme les inscriptions hebdomadaires au chômage (jeudi aux Etats-Unis), pourraient illustrer de manière concrète l'impact énorme de l'épidémie", a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. Vers 12H40 GMT (13H40 à Paris), l'euro gagnait 0,65% face au billet vert, à 1,0756 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017. Le baril de WTI, référence américaine a gagné 3,23% et le Brent a pris 0,19%.

Recommande: